Affi, l’histoire d’une cavale

par NORDSUD
54 vues

Le film de l’arrestation d’Affi N’guessan est désormais disponible. La cavale a pris fin brutalement, alors qu’il se croyait tout près du but. Tout a commencé le 2 novembre quand la résidence d’Henri Konan Bédié a été l’objet d’un blocus alors qu’il s’apprêtait à donner une conférence de presse pour annoncer les organes du supposé CNT. Affi N’Guessan a pris la pleine mesure de la menace. Il a déserté son domicile de la Riviera pour se réfugier dans une villa accueilli, hébergé par une bienfaitrice, à Cocody Angré, 8ème tranche. La police, à partir d’un informateur anonyme le localise, prend position autour de ladite demeure, l’encercle, en bloque les accès immédiats.

Mais Affi Nguessan, informé par une source, prend des dispositions pour une longues traversée. Il change de téléphone et de numéro.
Il prend la route de l’est, supposé sûre. Direction le Ghana, seule destination sûre à ses yeux.

Mais le Président du FPI est tracé par la police.
Il a surtout emprunté cette itinéraire parce que son mot d’ordre de boycott actif de l’élection a été particulièrement amplifié dans cette zone. Il se croyait donc en territoire conquis, une voie plus sûre pour lui. Surtout qu’il était déguisé et maquillé en femme, il était à deux doigts de passer la frontière Est pour se mettre sous la protection du président Nanan Akufor Addo. Le tout a été piloté à Accra par son chargé de communication, Jean Bonin. Il était chargé de réceptionner son patron et l’accueillir dans la villa d’Henri Konan Bédié en territoire ghanéen. Mais la cavale tourne court brusquement. Il a donc été pris avec les deux autres occupants du véhicule avec lui et ramenés à Abidjan, à la Direction de la surveillance du territoire (DST) pour interrogatoire.


Bakayoko Youssouf

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite