RHDP : Faut-il vraiment sanctionner les indépendants ?

par NORDSUD
Publié: Dernière mise à jour le 82 vues

Ils étaient autour de 340 pour les municipales et 24 pour les régionales. Parmi ces candidats indépendants, plus de la moitié venait des rangs du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp). 44 prétendants ont été élus lors de ces municipales, dont une trentaine venant du parti au pouvoir. Si la performance est à saluer, le sort de ces élus locaux vis-à-vis de leur base, reste incertain.

Après avoir échoué à les dissuader de se présenter, le Chef de l’Etat avait ensuite modéré ses propos, sans toutefois donner de précision sur la suite des évènements. Selon un cadre du parti, ces indépendants élus attendent qu’on les appelle à la table de négociation. Sauf que rien n’en prend ce chemin. « Contrairement aux autres années, le Rhdp a eu une majorité écrasante aux élections municipales et aux régionales. Si écrasante qu’elle n’a pas besoin de rallier des élus à sa cause. Par le passé le parti allait vers ses candidats indépendants, pour les ramener dans la famille. Mais cette fois-ci il n’est pas obligé de le faire », indique notre interlocuteur.

Sanctions

Perdant aux scrutins régionales dans la Bagoué, Bamba Siaman donne la même lecture de la situation. « Jusque-là les candidats indépendants sont dans leur coin. Je suis conscient  que nous sommes allés contre les consignes du parti. Je faisais partie de ceux à qui on a notamment reproché cela », a indiqué ce dimanche l’ex-Président du conseil régional de la Bagoué à Nordsud.info. Il ajoute notamment se conformer aux sanctions du parti. Est-ce que Rhdp a encore besoin d’eux ? Pour les perdants, pas nécessairement, reconnait M. Bamba. Et pour les vainqueurs, là aussi, rien n’est moins sûr.

« Le Rhdp veut envoyer un message fort, souligne pour sa part Kuyo Gayet Landry, politologue. Il est temps de réaffirmer son autorité. Des consignes ont été données, mais elles n’ont pas été écoutées. La meilleure façon de faire en sorte que cette situation ne se représente pas, est de sanctionner ». À l’entendre, la stratégie peut s’appliquer seulement à moyen terme. Mais, à long terme le Rhdp aura forcement besoin de tous ses soldats. Surtout pour la présidentielle à venir. « Même dans cette situation, ce ne sera pas au parti d’aller vers les candidats mais à eux de venir vers le parti », conclut Kuyo Landry.

Dans cette confusion, deux types de candidats s’identifient. D’abord, ceux qui estiment s’être présentés parce que le choix du parti n’était pas le bon. Certains parmi ces derniers essayent de revenir. Parmi eux, par exemple, on a le maire de Grabo. Et puis, il y a les autres, qui attendant que le parti fasse la démarche vers eux.

Georges Dagou

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite