Daloa: Grève dans les collectivités territoriales, le calvaire des usagers

par NORDSUD
24 vues

Débutée le jeudi 24 novembre 2022, la grève dans les conseils régionaux et les mairies se poursuit ce vendredi 25 novembre 2022, avec l’absence des personnels dans les différents services. Cette situation ne va pas sans conséquences et préjudices pour plusieurs populations de Daloa. Au cours de la première journée, c’est devant les portes closes que les premiers usagers venus se faire établir des documents ont été informés de la mauvaise nouvelle. Cela a été très mal accueilli par la plupart de ceux dont l’obtention des documents était une urgence. Si les usagers venus pour des déclarations de naissance et de décès, les demandes et célébrations de mariage, les établissements des copies d’extraits de naissance, etc. pouvaient attendre la fin de la grève, ce n’est pas le cas pour ceux confrontés à une question de délai.

C’est le cas d’un usager venu se faire établir des extraits de naissance et légaliser des documents qu’il devait déposer dans la journée du jeudi 24 novembre 2022. Une jeune dame a même fondu en larmes devant les portes closes de l’état civil. Car venue la veille d’Abidjan, elle devait se faire établir des documents qu’elle doit déposer le lundi 28 novembre, dernier délai.

Ce même jour, aux environs de 10 heures, un autre usager s’est présenté devant les services techniques pour déposer un permis de construire, avant de se rendre le même jour à San Pedro, a été prié de revenir le faire à la reprise des services, le lundi 28 novembre 2022. Les mêmes scènes se sont produites durant les deux jours devant la grande mairie qui abrite l’administration et d’autres services liés à la mairie. Un jeune s’est présenté avec son grand frère, ce vendredi 25 novembre à 10 h 30, pour obtenir une procuration afin de pouvoir se rendre à Guessabo, à 58 km de Daloa, avec l’engin de son aîné, est reparti insatisfait.

Les agents municipaux collecteurs déployés sur les marchés pour observer le service minimum font face à une ooposition de plusieurs commerçants, qui estiment que leur présence sur les marchés pendant la grève n’est pas légale.

Cela a eu une forte incidence sur la recette du premier jour, assure une source à la mairie de Daloa.

Bayo Fatim, correspondant permanent

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite