Modification de l’article 185 du code pénal : Amadou Coulibaly appelle à une classe politique responsable

par NORDSUD
59 vues

Tentative de musèlement de l’opposition ou renforcement de l’arsenal juridique de lutte contre le terrorisme ? La modification de l’article 185 du code pénal ivoirien est sujette à des interprétations contradictoires entre l’exécutif ivoirien et l’opposition. Vent debout contre l’alinéa 2 qui prévoit des sanctions à l’endroit de toutes personnes qui « lance des appels au public dans le dessein de faire désapprouver l’Autorité et de provoquer la solidarité avec un ou plusieurs condamnés pour l’une des infractions prévues par l’article précédent ou l’alinéa premier du présent article », l’opposition y voit une restriction de la liberté d’expression particulièrement un musèlement des voix politiques discordantes à l’aube des élections présidentielles.

Une interprétation rejetée en bloc par le parti au pouvoir qui souligne mordicus que la modification a été exclusivement appliquée à l’alinéa 1 et que l’alinéa 2 réprouvé par l’opposition daterait de 1981. A la faveur du conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement a embouché la trompette sur le sujet. « La modification concerne juste l’alinéa 1. L’alinéa 2 dont parle l’opposition n’a fait l’objet d’aucune modification. C’est donc un alinéa qui existe en l’état depuis 1981. Certain qui crient aujourd’hui ont gouverné le pays avec cet alinéa, ils n’ont pas trouvé l’opportunité d’apporter une quelconque modification. Ils font comme si c’était un nouveau texte alors que l’alinéa 2 dont parle l’opposition n’a pas été touché », a rétorqué le porte-parole de l’exécutif ivoirien. Consubstantiellement aux raisons de la modification de l’alinéa 1, Amadou Coulibaly a élucidé le contexte.

« En termes de modification de ce code pénal, notamment de l’article 185 puisque c’est de cela qu’il s’agit, il y a eu une seule modification sur un seul alinéa, l’alinéa 1. Il a été modifié dans le sens d’étendre simplement la notion d’apologie du crime à tous les crimes. Parce qu’avant, cet article 185, il punissait l’apologie sauf que l’apologie s’arrêtait au meurtre, au pillage et aux incendies, mais aujourd’hui il y a eu de nouvelles criminalités qui se sont développées. Il y a le terrorisme aujourd’hui qui est là. Pour que notre dispositif pénal soit en cohérence avec notre société où de nouveaux crimes sont apparus. Il est apparu important d’élargir la notion d’apologie à tous les crimes qu’on a pu constater depuis l’adoption de ce code pénal qui date de 1981 », a-t-il expliqué. Le Ministre de la communication n’a par ailleurs pas manqué de tacler l’opposition, fustigeant une manipulation de ses responsables politiques. « Je souhaite que nous ayons une classe politique qui soit plus responsable et qui évite de se jouer du peuple en voulant exploiter toutes les situations. Ce n’est pas sain et c’est moralement inacceptable », a-t-il fait noter.

Charles Assagba

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite