Présidentielle du 31 octobre: Quand Affi contredit N’guessan

par NORDSUD
26 vues

Il y a assurément deux personnages qui se battent dans la tête d’Affi N’guessan. L’un s’appelle Affi et l’autre N’guessan. Jeudi 15 octobre 2020, c’est Affi qui appelait ses partisans à «appliquer le mot d’ordre de boycott actif par tous les moyens légaux à leur disposition afin que le pouvoir actuel consente à convoquer l’ensemble des forces politiques nationales pour trouver des solutions acceptables à toutes les revendications qui sont ressorties de la proclamation des candidatures».

Et le lendemain, vendredi 16 octobre, c’est son alter ego qui déclarait: «Nous sommes candidats, nous maintenons notre candidature. Nous voulons gagner les élections, mais il y a des obstacles sur la voie. Nous nous battons pour pouvoir les lever. De manière à ce que notre candidature puisse prospérer. Retirer sa candidature parce qu’on n’est pas d’accord, ce serait démissionner par rapport à ses ambitions, ce serait renoncer. Or nous ne renonçons pas».

Affi et N’guessan ont certainement oublié que le Conseil constitutionnel a annoncé le lundi 14 septembre 2020 la liste des candidats retenus à l’élection présidentielle d’octobre 2020. Dont Affi N’Guessan (FPI), Henri Konan Bédié (PDCI), Kouadio Konan Bertin (Indépendant) Alassane Ouattara (RHDP), Président en exercice.

La confusion a également poussé nos deux personnages à déclamer ceci, toujours devant des journalistes:  » Ce qui est en cours ne s’appelle pas une élection présidentielle. Cela s’appelle au choix : un coup de force, un coup d’État, un braquage, une imposture, un simulacre. C’est à coup sûr une forfaiture ! Cela ne peut d’ailleurs pas s’appeler une élection présidentielle puisque celle-ci est rendue impossible par l’absence de représentants de l’opposition au sein de la CEI. Comme cela ne s’appelle pas une élection présidentielle, le président Henri Konan Bédié et moi-même avons précisé hier (Ndlr : jeudi 15 octobre 2020) que le processus en cours ne nous concernait pas».

Allez-y vraiment comprendre quelque chose. Vouloir une chose et son contraire. Il faut être dans la tête d’Affi N’guessan pour savoir qu’elle orientation il donne à son combat politique.

Bakayoko Youssouf

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite