Bouaké: 348 agents de la mairie exigent le déblocage de leurs salaires

par NORDSUD
125 vues


Les agents de la mairie de Bouaké sont en colère. Au nombre de 368, ils exigent le déblocage des avancements de leurs salaires. Au contraire de leurs collègues des autres mairies qui ont vu leurs salaires améliorés depuis 2018 du fait du déblocage des avancements, les agents municipaux de Bouaké sont dans le statu quo ante.

Pour faire bouger les lignes, le collectif des syndicats de la mairie de Bouaké a animé, ce mardi 29 novembre 2022 au restaurant l’Oriental une conférence de presse pour exprimer son désaccord face au déblocage partiel des avancements proposé par l’administration. Koné Oumar, secrétaire de section du mouvement pour la défense des droits des agents municipaux de Côte d’Ivoire ( Moddamci) et porte-parole des travailleurs, qualifie cette disposition de blocage « d’injustice » et propose des pistes de solutions pour un dénouement heureux de cette affaire. Pour motiver ce débrayage,  Koné Oumar s’appuie sur le télégramme officiel de la Direction générale de la décentralisation et du développement local ( Dgddl) en date du 11 avril 2018, qui ordonne aux collectivités territoriales de procéder au déblocage des avancements réguliers, avec effet financier de tous les agents émargeant aux budgets de la collectivité territoriale ou entités décentralisées particulières. En méconnaissance de ce télégramme officiel, dénonce le collectif des syndicats de la mairie de Bouaké, la direction des services administratifs (DSA) , en violation des dispositifs de la Dgddl, souhaiterait procéder à un déblocage partiel. C’est pourquoi les agents permanents réclament incessamment “le versement aux agents concernés le traitement afférent à l’échelon atteint ” comme prescrit par la Dgddl. Koné Oumar a fait remarquer que le budget de fonctionnement de la mairie de Bouaké est passé à 4 milliards FCFA pour l’an 2023. Il se réjouit de cette embellie budgétaire en ce sens qu’elle permettra de couvrir suffisamment le déblocage des avancements dont le budget s’élève à  339 millions de F CFA. « Étant donné que le budget primitif 2023 est de quatre milliards sept cent millions, nous pensons que la masse salariale d’un milliard huit cent quatre-vingts seize millions comprenant le déblocage total des avancements et le recrutement des contractuels peut être supporté par celui-ci. Aussi pour ne léser personne et surtout pour aider nos jeunes frères contractuels, nous invitons le maire Djibo Nicolas à privilégier cette solution », a proposé au premier plan Atté Arsène, secrétaire de section du Synapecoci qui coanimait la conférence de presse avec Koné Oumar du Moddamci.


Allah Kouamé, correspondant permanent

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite