Achi aux populations dans les zones à risques: «Aidez-nous à vous aider»

par NORDSUD
Publié: Dernière mise à jour le 10 vues

La forte pluie qui s’est abattue hier sur la ville d’Abidjan a provoqué un glissement de terrain au quartier mossikro-santé dans la commune d’Attécoubé. Ce jeudi matin, une importante délégation ministérielle avec à sa tête le Premier ministre Patrick Achi s’est rendue sur les lieux du sinistre pour constater l’ampleur des dégâts et apporter le soutien et la compassion du gouvernement aux victimes. « Apparemment, nous aurions six disparus. Deux corps ont été retrouvés, quelques blessés qui ont été conduits dans les centres hospitaliers. Ce que nous souhaiterions dire, c’est transmettre aux populations de la part de Son Excellence monsieur le Président de la République Alassane Ouattara, toutes nos condoléances pour les familles endeuillées et tous nos sentiments de compassion pour les blessés, nos encouragements », a souligné le chef du gouvernement. Avant d’ajouter: « Ce à quoi on assiste c’est que quand les agents de l’administration arrivent, ils sont pris à partie par les populations. Malgré ça, des toits sont enlevés pour qu’ils puissent partir, des destructions sont entreprises et on se rend compte que ces populations reviennent. Dès que les agents sont partis, elles reviennent. C’est le moment, au nom du gouvernement, de lancer un appel aux populations. Leur dire que c’est fait dans leur intérêt et qu’il faille véritablement suivre les instructions qui leur sont données pour quitter ces lieux qui sont des lieux à hauts risques. Il faut que ces populations nous aident à les aider ».

Le Lieutenant Kouassi Victor, chargé des déguerpissements de la commune d’Attecoubé, fait des révélations : »Depuis le 5 mai, nous avons reçu l’ordre du Ministre-Maire de dégager ceux qui sont dans les zones à risques. Nous sommes arrivés sur ce site, on a commencé à démonter les tôles, on a été lapidés par la population. On a donc tout arrêté pour rendre compte ».

L’on dénombre aujourd’hui 8 victimes dont 6 décédées (4 adultes et 2 enfants) et 2 blessées, selon le Groupement des sapeurs-pompiers militaires (GSPM) qui était soutenu sur le terrain par les pompiers civils de l’ONPC.

Selon les autorités, Mossikro, comme les 54 autres zones critiques identifiées dans les 13 communes du district d’Abidjan, est retenu comme zone à risque. La population y vivant avait été depuis les mois de mars et avril sensibilisée à quitter impérativement les lieux.

Bakayoko Youssouf

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite