Cepe, Bepc, Bac, BTS: Combien de fraudeurs pris ?

par NORDSUD
Publié: Dernière mise à jour le 29 vues

Les derniers résultats des examens à grand tirage, session 2022, sont tombés ce vendredi 19 août, avec le Brevet de technicien supérieur (BTS). 46.05% de taux de réussite pour cet examen, contre 46,83 en 2021. Concernant le baccalauréat, le taux était de 30,78% contre 29,24% en 2021. Tandis que le taux de réussite au Brevet d’études du premier cycle (Bepc), lui, a drastiquement baissé (28,89%), comparé à celui de 2021 qui avait enregistré un taux de 41,27%. Seul le Certificat d’études primaires élémentaires (Cepe) a connu une nette progression avec 64,76% comme taux de réussite, alors que ce taux était 52,51% l’année précédente.

Au vu de ces taux, difficile de dire si oui ou non le dispositif déployé cette année par les autorités pour lutter contre la fraude a porté.

Détecteurs de métaux, pour débusquer les téléphones portables, caméras de surveillance dans certains centres, implication de la surveillance en aval, pendant la correction, etc.

Jamais l’engouement n’a été aussi grand pour lutter contre la tricherie.

Mais pour quel résultat ?

Si le nombre exact n’a pas encore été communiqué, le ministère de l’Education nationale et de l’alphabétisation a mis le grappin sur quelques fraudeurs, dans certaines localités.

Le point exact de la situation sera fait en décembre prochain, par la commission de discipline du ministère, assure-t-on.

Mais, les informations, qui fusent déjà, montrent que malgré la machine déployée, les fraudeurs n’ont pas baissé les bras. Une situation qui ne décourage pas les parents d’élèves.

Ces derniers demandent par ailleurs que les caméras et les détecteurs de métaux soient étendus à plus de centres, l’année prochaine. «Il y a eu des fraudeurs qui ont été arrêtés, donc la méthode porte. Seulement, il ne faudrait pas s’arrêter là.

La sensibilisation reste importante dans le processus», indique pour sa part Kadio Claude, président de l’organisation des parents d’élèves et d’étudiants de Côte d’Ivoire (Opeeci).

Revoir la stratégie, étendre le matériel de surveillance ou miser sur la sensibilisation ?

Telle est la question pour Prof. Mariatou Koné, ministre de l’Education nationale et de l’alphabétisation.

Raphaël Tanoh

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite