Côte d’Ivoire Vs Lesotho: Les Eléphants ne trouvent pas le chemin des filets !

par NORDSUD
Publié: Dernière mise à jour le 19 vues

Côte d’Ivoire 0, Lesotho 0. Pour le second match du groupe H entre des Eléphants leaders de la poule et des Crocodiles lanterne rouge, les filets du stade Dobsonville Stadium de Johannesburg n’ont pas tremblé. Les poulains de Jean-Louis Gasset ont été tenus en échec dans le traquenard des Lésothiens. Repliés en défense avec un bloc bas lors de la première mi-temps, les bleu et vert ont été mis à rude épreuve par les assauts du front offensif ivoirien. Si la domination a été outrageusement en faveur des coéquipiers de Wilfried Zaha, l’imprécision technique dans les derniers relais et les approximations sur les tirs ont facilité la tâche à un Lesotho qui n’aspirait qu’à garder ses cages inviolées. Au cours de l’acte 2, bis repetita. Le sang neuf injecté par le sélectionneur ivoirien ne changera pas la donne. Pis, le verrou défensif demeure en place et le dernier rempart du Lesotho s’illustre avec maestria sur les occasions de buts créées par les fers de lance de l’attaque ivoirienne. Au coup de sifflet final de l’arbitre, le tableau des scores demeure vierge, ni les porte-étendards du drapeau orange-blanc-vert, ni les Lesothiens n’ont réussi à trouver le chemin des filets. 16 corners contre 0, 16 tirs dont 4 cadrés contre 4 tirs dont 0 cadrés, 86% de possession, la Côte d’Ivoire, 53è au classement mondial l’a appris à ses dépens face au Lesotho, 145è mondial : dominer n’est pas gagner. Belle opération donc pour les Crocodiles qui réussissent à déjouer les pronostics face au double champion d’Afrique, mini échec et mat pour les Eléphants dont les fans attendaient un carton plein.

Charles Assagba

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite