Cybercriminalité: La Côte d’Ivoire apprend à éviter des cyberattaques

par NORDSUD
Publié: Dernière mise à jour le 132 vues

La 6ème session internationale de Réflexion stratégique a débuté ce lundi 7 novembre 2022 à l’hôtel Palm Club sis à Cocody, avec pour thème : « Technologie et sécurité défense, quels enjeux pour l’Afrique ?» Pour Jean-Paul Malan, directeur de cabinet du ministre d’Etat, ministre de la Défense, Téné Birahima Ouattara, ces assises ne pouvaient pas mieux tomber. « Ce thème vous permettra de confronter vos points de vue sur la menace de la cybercriminalité, dans la sécurité globale de nos Etats (…) Nous savons tous que les nouvelles technologies de l’information et de la communication constituent une opportunité pour le développement de nos pays. Mais, leur développement rapide a donné naissance à de nouvelles formes de criminalité qui touchent des secteurs de la sécurité nationale », a indiqué Jean-Paul Malan. Ce qui pourrait avoir des conséquences graves sur la sécurité de la nation, selon lui. Les cyberattaques sur des sites stratégiques de distribution d’eau, d’électricité, du système bancaire, peuvent être dangereux.

Au Ghana, a rappelé M. Malan, les sociétés de distribution d’eau ont déjà été paralysées par des cyberattaques. Outre ces cyberattaques, Jean-Paul Malan a évoqué l’impact des réseaux sociaux, devenus des instruments d’agression. Organisée par l’Institut d’études stratégique de défense de Côte d’Ivoire, depuis 2015, cette rencontre rassemble des experts d’horizon divers, pour réfléchir sur les questions de cybersécurité, pendant 5 jours.

Pour rappel, le gouvernement ivoirien a adopté une stratégie nationale de cybersécurité avec la création de l’Agence interservices de sécurité numérique pour contrer ces fléaux.  

Raphaël Tanoh

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite