Financement du PND 2021-2025: La Côte d’Ivoire recherche 9.336 milliards de FCFA

par NORDSUD
Publié: Dernière mise à jour le 7 vues

Le Vice-Président de la République, Tiemoko Meyliet Koné, a présidé, le mercredi 15 juin 2021 à Abidjan, la cérémonie d’ouverture de la réunion du Groupe consultatif pour le financement du Plan national de Développement 2021-2025 (GCPND). Cette réunion devrait aboutir à la mobilisation de 9.336 milliards de FCFA auprès des partenaires bilatéraux et multilatéraux, sur un financement global de 59 000 milliards de FCFA.  »A travers le PND 2021-2025, notre objectif est de réduire les disparités régionales et sociales et de réduire le taux de pauvreté de moitié.

La Côte d’Ivoire ambitionne de devenir une économie à revenu intermédiaire de la tranche supérieure. La mise en œuvre du PND 2021-2025 prévoit des investissements sociaux et économiques d’un coup global de 59 000 milliards de FCFA, environ 100 milliards de dollars dont 74 % devraient être portés par le secteur privé. Le besoin de financement à mobiliser au cours de cette réunion du Groupe consultatif est d’environ 10 000 milliards de FCFA », a expliqué le Vice-Président de la République.

A ce rendez-vous hautement important pour le futur de la Côte d’Ivoire, il a invité les opérateurs privés à saisir les multiples opportunités d’investissement qu’offre la Côte d’Ivoire dans les secteurs des infrastructures, de l’agro-industrie, du tourisme, des transports, etc. »Investir en Côte d’Ivoire, c’est investir pour la sous-région et donc contribuer à réduire la pauvreté au-delà de nos frontières. C’est avoir accès à un vaste marché puisque notre pays est membre de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) comptant 15 pays avec une population de plus de 300 millions d’habitants », a-t-il dit.

Pour Tiémoko Meyliet Koné, investir en Côte d’Ivoire, c’est également investir dans un pays dont l’économie est résiliente au choc extérieur. Car le pays a réalisé un taux de croissance positif d’environ 2 % en 2020, contre une contraction de 3 % au niveau mondial et de 2 % en Afrique subsaharienne.

Avec le recul de la pandémie de Covid-19, le FMI et la Banque mondiale ont indiqué que la Côte d’Ivoire reprend le chemin d’une croissance élevée et soutenue et les perspectives à moyen terme sont globalement positives. La dette publique resterait également soutenable et à risque modéré.Il a rappelé que la Côte d’Ivoire entend faire du secteur privé, l’acteur clé de la création de richesses et d’opportunités d’emplois pour les jeunes au-delà du potentiel naturel important de l’économie ivoirienne. La Côte d’Ivoire continuera, a-t-il poursuivi, de préserver la solidité de son cadre économique, en mettant l’accent sur la mise en œuvre de mesures d’administration et de politique fiscale socialement soutenable. Le programme économique continuera d’être solide, la dette publique soutenable et l’inflation maîtrisée.

Le Vice-Président a insisté auprès des partenaires bilatéraux et multilatéraux sur le fait que depuis plus de dix ans, la Côte d’Ivoire soit en train d’écrire de belles pages de son histoire. »Nous avons renoué avec la paix, la sécurité et la stabilité. L’ambition est d’aller encore plus loin avec une plus grande transformation sur place de nos matières premières. Il s’agit également d’accélérer l’amélioration des conditions de vie de nos populations, dans toutes les régions de la Côte d’Ivoire tel que contenu dans le programme Une Côte d’Ivoire Solidaire du Président de la République son Excellence Monsieur Alassane Ouattara », a-t-il relevé. Il a annoncé la poursuite avec détermination des réformes structurelles entreprises, notamment, en matière de gestion des finances publiques et d’amélioration du climat des affaires, le renforcement de la lutte contre la corruption et la consolidation de la bonne gouvernance.

La ministre du Plan et du Développement, Nialé Kaba a déclaré que le Plan national de Développement 2021-2025 vise la transformation structurelle de l’économie ivoirienne afin de bâtir une Côte d’Ivoire solidaire, prospère qui produit de la richesse en abondance au profit de toutes ses populations.Les représentants du Système des Nations unies, de l’UE, du groupe de la Banque mondiale, du groupe de la BAD, du groupe de la Banque islamique de Développement présents ont, à l’unanimité, réaffirmé leur engagement à soutenir et financer ce PND 2021-2025 dont la mise en œuvre permettra à la Côte d’Ivoire de poursuivre sa marche sur la voie du développement.

Les deux précédents PND, de 2012-2015 et 2016-2020, ont permis d’enregistrer des progrès importants. Le taux de croissance économique est ressorti en moyenne d’environ 8 % sur la période 2012-2019, positionnant ainsi l’économie ivoirienne parmi les plus dynamiques en Afrique et même dans le monde. Le revenu par tête a également doublé pendant cette période pour s’établir à 2287 dollars US en 2020 correspondant à l’un des plus élevés en Afrique de l’Ouest.

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite