Justice : Le patron de KDS aux arrêts

par NORDSUD
24 vues

Koffo Doga Severin, le patron de la société KDS a maille à partir avec la justice ivoirienne. Le procureur de la République a annoncé, ce 26 juin, l’ouverture d’une information judiciaire et la mise sous mandat de dépôt du promoteur de l’entreprise exerçant dans le secteur des Véhicules de Transports avec Chauffeurs (VTC). L’homme d’affaire est accusé d’escroquerie portant sur la somme provisoire de 10 milliards 238 millions 449 mille 500f et de blanchiment d’argent. Des démêlés judiciaires consécutifs à la plainte d’un collectif de plusieurs souscripteurs à diverses offres de gestion de VTC. De fait, l’entreprise, KDS proposait des offres d’investissements à coups de millions en vue de l’acquisition de véhicules qui exerceraient dans le secteur en plein boom des VTC. En contrepartie des sommes déboursées, l’entreprise promet acquérir des véhicules dont elle assurera la gestion. Par des paiements mensuels sur 36 mois, KDS promettait aux souscripteurs un retour sur investissement de plus de 300% du montant investi.

« Ce mécanisme a permis d’obtenir la signature de plus de trois mille souscripteurs »., précise le communiqué du procureur de la république près le pôle pénal économique et financier. De fait, le paiement mensuel des retours sur investissements initialement promis avait été stoppés net par un communiqué du Trésor Public intimant l’ordre aux entreprises exerçant dans le secteur de cesser leurs activités. Le Trésor avais émis des suspicions de blanchiment de capitaux et d’un système de la pyramide de Ponzi qui pourrait s’effondrer comme un château de cartes au grand dam des investisseurs. Les structures avaient par ailleurs été enjointes à rembourser le capital des nouveaux adhérents et à continuer le paiement des retours sur investissements des anciens souscripteurs. Des directives de remboursements qui n’avaient pas été appliquées et qui ont conduit à l’arrêt des paiements de ristournes aux investisseurs. Dans la foulée, des manifestations de souscripteurs mécontents avaient éclaté pour exiger que justice le paiement de leur dû. L’ouverture de cette information judiciaire ouvre-t-elle la voie à l’interpellation des responsables des autres structures exerçant dans le secteur ? Les retours sur investissements et les capitaux investis par les souscripteurs seront-ils remboursés au bout de cette procédure ? Le voile demeure épais.

Charles Assagba

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite