Kilo de viande de bœuf: quand l’anarchie s’installe

par NORDSUD
54 vues

Cette fois-ci, l’acheminement des bêtes depuis les pays frontaliers n’y est pour rien. Le prix de la viande de bœuf connaît une hausse dans de nombreuses communes de la capitale économique, même si certains quartiers sont revenus à des tarifs normaux (3000 FCFA le kilogramme). Une anarchie que Kouassi N’Dri, président de l’Union des bouchers professionnels ivoiriens (Uboprovi), attribue plutôt au déguerpissement entrepris par le District autonome d’Abidjan, qui a conduit à la délocalisation du parc à bétail, de Port-Bouët à Adjamé.

« L’Etat a fixé le prix plancher du kilo de viande de bœuf en gros à 2400 et 2500 FCFA. Le kilo est donc vendu à 3000 F en détail. Avec le déguerpissement, le prix en gros est passé à  3100,  voire 3200. Ce qui fait que les bouchers le vendent à 3500 FCFA. Nous avons lutté pour que les prix reviennent à la normale, toutefois des bouchers ne l’appliquent toujours pas. Il faut dire que les conditions ne sont pas réunies à l’abattoir d’Adjamé pour être un marché à bétail. L’Etat a lui-même fait ce constat, c’est pour cela qu’il faut impérativement un autre abattoir », souligne Kouassi N’Dri. Cet abattoir en question sera situé vers le corridor d’Anyama.

Les bouviers abondent dans le même sens. Contacté par Nordsud.info, Abdouramane Diarra, ancien porte-parole des bouviers, signale que transporter le bétail d’Adjamé à Port-Bouët pour les abattre, génère des coûts supplémentaires.  « Cela contribue à augmenter le coût du kilogramme. Il faut aussi noter une chose : nos bouchers manquent de formation, parce qu’ils achètent les bœufs à vue d’œil, oubliant souvent que la viande ne fait que 40% de l’animal. À la vente, ils ont parfois du mal à faire de la marge. D’où certaines hausses », indique-t-il.

Georges Dagou

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite