Législatives 2021 : Accusé d’utiliser les ressources de la Mugefci pour sa campagne, Mesmin Komoé réagit

par NORDSUD
108 vues

Candidat aux législatives 2021 dans la circonscription électorale de Bongouanou sous-préfecture, le président du conseil d’administration de la Mutuelle générale des fonctionnaires de Côte d’Ivoire (Mugefci) est au cœur de plaintes de la part de certains fonctionnaires. Selon des informations reçues par la rédaction de Nord Sud, après avoir procédé au lancement officiel de sa campagne à Andé, le 26 février dernier, l’ex-secrétaire général du Mouvement des instituteurs pour la défense de leurs droits (Midd) a élu son quartier général dans les locaux de la Mugefci à Bongouanou. Un bâtiment d’un étage, peint en bleu, situé en face de la préfecture, qui vient d’être loué par la Mutuelle des fonctionnaires.

Le bâtiment en question accueille également les bureaux de la représentation locale des rois et chefs traditionnels. «Dans le contrat de bail, c’est bien notifié que le bâtiment appartient à la Mugefci», explique l’un des fonctionnaires de la ville, contacté par la rédaction de Nord Sud. Sur la façade du bâtiment, témoignent certains fonctionnaires joints au téléphone, on voit la photo d’affiche du candidat Mesmin Komoé, souriant. «Ce n’est pas normal. Tout son staff de la Mugefci est sur le terrain avec les ressources de la Mutuelle pour battre sa campagne. Certains véhicules de la Mugefci sont utilisés dans ce cadre», se plaint un autre résident de Bongouanou, affilié à la Mugefci.

Contacté par la rédaction, le premier concerné s’est dit offusqué que de telles accusations soient proférées contre lui. «Pour commencer, nous n’avons pas de siège à Bongouanou. Nous avons un seul siège où nous avons invité les journalistes pour l’inauguration, à Cocody. Les véhicules ? Je mets au défi quiconque de prouver que j’utilise les véhicules de la Mugefci pour battre campagne», indique Mesmin Komoé. Avant d’ajouter : «Nous avons un maquis où nous nous réunissons pour la campagne».

Sûr de sa victoire aux législatives, Mesmin Komoé a mis en garde ses détracteur en ces termes : «Qu’il observent, ils verront».

Raphaël Tanoh

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite