Cacao ivoirien: Haro sur le monopole des multinationales

par NORDSUD
56 vues

Ils n’en peuvent plus et ils n’en veulent plus. Six multinationales dominent le marché ivoirien des exportations en achetant la quasi-totalité de la production nationale de cacao dont plus de 80% est acheminée vers l’Europe. Selon une dépêche de l’AFP, les négociants de cacao de Côte d’Ivoire ont appelé mardi 9 février à Abidjan à mettre fin au monopole de ces oligopoles du chocolat. Par la même occasion, ils exigent une plus grande part des contrats de commercialisation du cacao.

Pour le GNI, il faut « mettre fin au monopole » du groupe helvétique Barry Callebaut, numéro un mondial du chocolat industriel, de Olam (Singapour), Cargill (Etats Unis), Ecom (Suisse) et des groupes français Sucden et Touton.

« Ces multinationales privilégient l’approvisionnement et l’exportation de fèves à travers leurs filiales installées en Côte d’Ivoire », dénonce Fabien Guei, porte-parole du Groupement des négociants ivoiriens (GNI), à l’AFP, en déplorant « un verrou exercé sur la transformation locale ».

« Il faut absolument que les six multinationales qui achètent en Côte d’Ivoire à travers leurs filiales aient l’obligation d’allouer systématiquement 20% à 30% de chacun de leurs contrats aux transformateurs et exportateurs Ivoiriens » a déclaré .

« Il ne s’agit pas de les écarter du marché ivoirien, mais de permettre aux opérateurs ivoiriens de participer durablement à la commercialisation externe du cacao de leur pays et cela de manière plus juste et équilibrée », a poursuivi M. Guei.

Le GNI regroupe des sociétés nationales d’exportations de café et de cacao dont 12 exportateurs de fèves et 3 transformateurs, représentant environ 300.000 tonnes.

« 85% de la récolte ont été vendues » au cours de la campagne de commercialisation qui a débuté en octobre 2020, selon le GNI.

La Côte d’Ivoire produit 40% du cacao mondial. L’or brun représente 10% du PIB ivoirien et, avec 40% des recettes d’exportation, constitue le premier pourvoyeur de devises du pays, selon la Banque mondiale.

Le pays compte près d’un million de producteurs qui fournissent un revenu à cinq millions de personnes, soit environ un cinquième de la population. Il produit environ 2 millions de tonnes par an, mais n’en transforme que moins de 500.000.

Bakayoko Youssouf

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite