Centrafrique: L’état d’urgence pour piéger les rebelles

par NORDSUD
16 vues

La traque aux groupes armés dissidents qui sèment le chaos en Centrafrique est officiellement engagée. Le gouvernement du président réélu, Faustin-Archange Touadera, a décrété, ce jeudi 21 janvier, l’état d’urgence pour quinze jours sur l’ensemble du territoire national. « L’état d’urgence permet aux autorités de procéder à des interpellations sans forcément passer par le procureur de la République », a précisé à Albert Yaloké Mokpeme, porte-parole de la présidence de la République à l’Agence France-Presse (AFP). Une mesure qui s’inscrit dans la droite ligne des récents propos du chef de l’État centrafricain. «Les auteurs, coauteurs et complices présumés de ces crimes imprescriptibles commis contre le peuple centrafricain seront recherchés, arrêtés et traduits devant les juridictions compétentes », alertait le président Touadera lors de sa toute première allocution après sa réélection.

Le regroupement des six plus puissants groupes armés Centrafricains réunis au sein de la Coalition des patriotes pour le changement (CPC), défie depuis le 27 décembre dernier l’autorité étatique.

Charles Assagba

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite