COP 15: Les problèmes de la filière anacarde sur la place publique

par NORDSUD
22 vues

Dr Adama Coulibaly, directeur général du Conseil du coton et de l’Anacarde (CCA), était devant la presse ce mercredi 18 mai pour dépeindre la situation des producteurs d’anacarde en Côte d’Ivoire. Et elle n’est pas fameuse, selon Dr Coulibaly. Au cours d’une conférence de presse animée à la salle de presse de la 15ème conférence des partis (COP15) à Cocody, le directeur général du CCA a informé que les producteurs d’anacarde en Côte d’Ivoire sont confrontés ces dernières années aux effets du changement climatique. Cela a entraîné, dit-il, la précocité ou le retard des récoltes selon les zones. «La réduction de la productivité liée au stress hydrique; la baisse de la qualité des noix de cajou, etc.», a énuméré Dr Adama Coulibaly.

Autre problème que connaissent les producteurs: la fuite de la noix de cajou dans certains pays frontaliers. Afin de lutter contre la désertification, thème central de la COP 15, le conseil coton anacarde annonce qu’il recherche des partenaires pour le financement d’une part, de l’élaboration du programme carbone de la filière anacarde ivoirienne et d’autre part, pour la mise en valeur des actions qui seront identifiées dans ce programme. La conférence a été suivie d’une dégustation de produits dérivés.

Raphaël Tanoh 

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite