Etats-Unis : Trump promet une « transition ordonnée »

par NORDSUD
25 vues

Le Congrès a validé l’élection de Joe Biden à la présidence, dans la nuit de mercredi à jeudi, lors d’une session de certification du résultat du scrutin interrompue quelques heures par une intrusion de militants pro-Trump dans le Capitole, à Washington.

Après plusieurs heures d’interruption en raison de l’intrusion violente de partisans pro-Trump dans le Capitole, à Washington, le Congrès a certifié la victoire du démocrate Joe Biden à la présidentielle américaine, dans la nuit du mercredi 6 au jeudi 7 janvier. « Bien que je sois en total désaccord avec le résultat de l’élection, et les faits confirment mes dires, il y aura une transition ordonnée le 20 janvier », a promis Donald Trump peu après le vote, sous-entendant une nouvelle fois sans preuves que le scrutin avait été entaché de fraudes. « Même si cela représente la fin du meilleur premier mandat de l’histoire des présidents [américains], c’est seulement le début de notre combat pour rendre l’Amérique grande à nouveau », a-t-il ajouté, reprenant son slogan de campagne. Suivez notre direct.

 52 interpellations. La police de Washington a annoncé avoir procédé à 52 interpellations après l’intrusion de partisans pro-Trump dans l’enceinte du Congrès américain, mercredi 6 janvier. Robert Contee a précisé que 26 personnes avaient été arrêtées dans l’enceinte même du Capitole. Au total, 47 des 52 interpellations étaient en lien avec des violations du couvre-feu imposé dans la ville à partir de 18 heures par la maire Muriel Bowser, en réponse aux troubles, et plusieurs concernaient également un port d’arme illégal. Suivez notre direct.

 Une intrusion violente. Des centaines de partisans de Donald Trump ont pénétré de force, mercredi 6 janvier, à l’intérieur du Capitole. Leur objectif était de forcer le Congrès à suspendre la certification des résultats donnant le démocrate Joe Biden victorieux. Des militants ont envahi les couloirs et les bureaux du Capitole pendant plusieurs heures, avant d’être évacués par les forces de l’ordre. La police a fait usage de gaz lacrymogène pour disperser les émeutiers. 

 Quatre morts dans la journée de mercredi. Une femme, touchée par un tir de la police, a succombé à ses blessures. « Des agents en uniforme de la police du Capitole les ont affrontés et, à un moment, l’un d’eux a fait usage de son arme de service » et l’a touchée, a déclaré le chef de la police de Washington. Trois autres personnes (une femme et deux hommes) sont mortes aux alentours du Capitole « d’urgence médicale distincte », a déclaré Robert Contee, sans donner plus de détails ni dire s’il s’agissait de participants aux manifestations.

 Les anciens présidents condamnent les violences. George W. Bush a dénoncé des scènes de chaos dignes d’une « république bananière ». Pour Barack Obama, ces violences sont « un moment de déshonneur et de honte » pour l’Amérique. Bill Clinton a évoqué une « attaque sans précédent » contre les institutions américaines, « nourrie par plus de quatre années de politique empoisonnée »« La mèche a été allumée par Donald Trump », a accusé l’ancien chef d’Etat. 

 De vives réactions de la communauté internationale. Berlin a appelé les pro-Trump à « cesser de piétiner la démocratie ». Londres dénonce des « scènes honteuses ». Le président français Emmanuel Macron a appelé à ne rien céder face à « la violence de quelques-uns » contre les démocraties. Le chef de l’Otan Jens Stoltenberg a dénoncé des « scènes choquantes », martelant que le résultat de cette élection démocratique devait être « respecté ».

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite