Jacqueville: La construction de l’école de lutte contre le terrorisme se poursuit

par NORDSUD
70 vues

10 juin 2021 – 11 mai 2022. Près d’un an après son inauguration, l’Académie internationale de lutte contre le terrorisme (Ailct) a accueilli la première réunion de son conseil d’administration, ce 11 mai, sous la présidence du ministre de la Défense, Téné Birahima Ouattara, au siège de l’institut sis à Jacqueville. Axée sur la formation, l’entraînement et la réflexion stratégique, l’Académie est l’une des pierres angulaires du dispositif continental de lutte contre le terrorisme.

Au sortir du tête-à-tête entre les différents administrateurs qui s’est tenu à huis clos, Téné Birahima Ouattara a rendu public le contenu des échanges. Réitérant «la volonté commune de tous les participants de lutter contre le terrorisme», le ministre a par ailleurs fixé le cap du prochain défi de l’Ailct.

Dans cette droite ligne, le conseil d’administration a fait d’une pierre deux coups, en jumelant cette première réunion au lancement des travaux de la deuxième phase de construction de l’Ailct. «Nous avons le souci de procéder à la réalisation de la deuxième phase. Pour ce faire, au mois de juillet, l’année dernière, il s’est tenu à Paris, une conférence pour la mobilisation de fonds pour cette deuxième phase. La moisson a été fructueuse d’autant plus que l’Union européene s’est engagée à contribuer pour une dizaine de millions d’euros pour la deuxième phase. Comme vous avez pu le constater, nous venons de poser la première pierre de la deuxième phase», a souligné le patron de la défense ivoirienne. Interrogé sur la sous-représentation des pays africains au conseil d’administration de l’Ailct, d’autant que la Côte d’Ivoire demeure l’unique pays à y siéger, Téné Birahima Ouattara a souligné que le sujet a été au menu des discussions. «Le problème a été posé. Nous avons demandé à la vice-présidente de la Cedeao de voir comment nous pouvons amener les pays africains à participer de façon plus importante parce que cet outil est fait pour les pays africains. Il est important qu’ils soient visibles au niveau du conseil d’administration».

Au nombre des personnalités ayant pris part à la réunion du conseil d’administration, figure la Sécrétaire d’État chargée du développement, de la francophonie et des partenariats internationaux du gouvernement français, Chrysoula Zacharopoulou. Au pupitre, en marge de la réunion, l’oratrice a fait un tour d’horizon des besoins en financements pour la sortie de terre des édifices de la seconde phase de construction de l’Ailct. «35 millions d’euros restent encore à lever afin de venir à bout de ce chantier. Alors nous devons agir, tous ensemble, pour aller mobiliser de nouveaux partenaires dans cette magnifique aventure collective», a-t-elle noté.

Abordant le sujet de l’approche française dans son soutien à la lutte contre le terrorisme, le haut responsable n’a pas manqué de relever qu’«il n’y a aucun désengagement sécuritaire de la part de la France et que l’hexagone sera certes « un peu moins visible » tout en restant néanmoins « pleinement engagée »». Mettant en balance l’accompagnement français et le soutien des autres puissances mondiales sur le front de la lutte contre le terrorisme, la secrétaire d’État française a implicitement tiré à boulets rouges sur la concurrence russe dont la présence officieuse dans la sous-région se cristalliserait par la milice paramilitaire Wagner. «Parce que la France est aussi un de vos tous premiers partenaires sur le plan du développement civil et de l’aide humanitaire. Là où, je le rappelle, d’autres puissances ne font que du partenariat sécuritaire via leurs milices», a-t-elle stigmatisé.

Par ailleurs peu ou prou proches de Wagner et par ricochet de Moscou, le Mali et le Burkina Faso étant sous le coup des sanctions de la Cedeao et de l’UA ne sont pas admis aux formations dispensées par l’Ailct, a indiqué le ministre de la Défense. Un talon d’Achille d’autant que ces pays font les frais de récurrents assauts terroristes.

Charles Assagba

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite