Jean-Louis Gasset : « Vous voyez le fait qu’on n’ait pas gagné, moi je dis qu’on n’a pas perdu »

par NORDSUD
39 vues

Face à l’Afrique du Sud, ce mardi, excepté la titularisation de Wilfried Zaha, Jean Louis Gasset aura reconduit quasi intégralement son onze entrant du match précédent. En ligne de mire pour le sélectionneur ivoirien, « donner du temps de jeu et des automatismes » à une équipe type des éléphants « qui prend forme ». Impressionnants face aux Lions de l’Atlas 72 heures plus tôt, le commando de Gasset a tiré au flanc face à des bafana-bafana qui ont mis le cœur à l’ouvrage. 8 minutes après que le Nkosi Sikelel’ iAfrika et l’Abidjanaise aient retentit dans les oreilles des 21.616 supporters debout comme un seul homme, Zwane Themba fait remuer les filets. 1-0 pour la nation arc-en-ciel. Dans la continuité de ce début sur les chapeaux de roues, c’est tambour battant que les hommes de Hugo Broos dictent leur tempo durant l’acte 1. « Jouer bien ensemble, haut, agressivement. Mes joueurs ont vraiment fait ce que je demandais. Ça devenait difficile pour l’équipe ivoirienne qui ne trouvait pas la solution. Pour la Côte d’ivoire, ce n’était pas simple de contrer nos attaques. La défense jouait très haut pour éviter les centres à destination des joueurs comme Haller », tel a été la recette magique de cette master-class tactique à en croire le coach sud-africain.

À son corps défendant, le coach ivoirien invoque une fatigue accumulée suite au court laps de temps entre les deux matchs amicaux. « On était fatigués après le match face au Maroc, on n’a pas eu le temps de travailler. Les jambes étaient très lourdes. On n’a rien mis en place avant ce match. Hier, j’ai juste regardé qui pouvait jouer. Il y a des joueurs qui ont perdu 2 ou 3 kilos, il faisait assez chaud. Les supporters ne reconnaissent pas leurs joueurs, c’est normal, ils étaient fatigués ». En vue de rectifier le tir, à la 58è minute, le coach injecte du sang neuf. Moins de 10 minutes plus tard, le pari est gagnant, Sébastien Haller barrit d’un coup de tête pour ramener le score à égalité. « Il a fait deux matchs, il a marqué deux buts. Un but de classe mondiale face au Maroc et un but de Sébastien Haller, ce soir. Pour Haller, le rassemblement aura été très positif. J’ai la sensation qu’on a bien travaillé. Autant contre le Maroc, je n’étais pas satisfait des entrants, autant aujourd’hui, les entrants ont fait basculer le match ». C’est un constat qui a fait couler beaucoup d’encre et de salive, en effet, en dépit de l’exténuement de ses poulains qu’il a par ailleurs reconnu en conférence de presse, Gasset n’aura pas fait de rotation malgré le beau monde sur le banc de touche. Apportant de l’eau à son moulin, il s’explique : « Il nous reste que deux matchs. Quand j’étais dans la recherche, je faisais des changements. On m’a reproché de ne pas avoir d’équipe type. Je veux donner du temps de jeu à l’équipe, pour être prêt le 13 Janvier ». Le verre est donc à moitié plein pour le sélectionneur qui aura vu son équipe sortir les triples, se sublimer en dépit de sa méforme. « C’est une bonne chose d’avoir dans la fatigue, remonté le score. Le fait de revenir en cette seconde période fait partie de la construction. J’ai vu des gens qui étaient allergiques à la défaite. Il ne nous reste plus que deux matchs. Quand j’étais dans la recherche, je faisais des changements. On m’a reproché de ne pas avoir d’équipe type », a-t-il répondu.

En prélude au prochain rendez-vous des éléphants face aux Seychelles, comptant pour les éliminatoires du mondial, outre l’équipe type de Gasset, les caméras seront également tournés vers le douzième homme, le public qui a répondu présent durant ces deux rencontres, mieux qui n’aura pas hésité à huer ou à applaudir les prestations individuelles des différents joueurs.

Charles Assagba

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite