La pilule anti-Covid sera disponible pour les pays pauvres

par NORDSUD
43 vues

Le molnupiravir, ce médicament destiné aux personnes contaminées par le coronavirus, va être vendu à un prix abordable dans 105 pays défavorisés. Ce mercredi 27 octobre, le laboratoire américain Merck a fait savoir qu’il a signé un accord pour que les pays pauvres puissent avoir accès sous forme générique à sa fameuse pilule anti-Covid, laquelle est destinée aux personnes contaminées par le coronavirus.

Le MPP (Medicines Patent Pool) a ainsi dit avoir signé un accord de licence volontaire avec Merck pour faciliter l’accès mondial à un prix abordable au molnupiravir, le médicament antiviral oral expérimental contre le covid-19, développé par Merck.

Sous réserve de l’approbation des autorités réglementaires, l’accord contribuera à donner un large accès au molnupiravir dans 105 pays à revenu faible ou intermédiaire.

Faciliter l’accès de toute la planète au traitement

Les autorités de réglementation des médicaments des États-Unis et de l’Union européenne ont déjà lancé une évaluation de ce médicament. Les antiviraux comme le molnupiravir agissent en diminuant la capacité d’un virus à se répliquer, freinant ainsi la maladie.

Administré aux patients dans les jours qui suivent un test positif, le traitement réduit de moitié le risque d’hospitalisation, selon un essai clinique mené par Merck, également appelé MSD en dehors des États-Unis.

Le MPP, basé à Genève, est une organisation internationale soutenue par les Nations unies qui s’efforce de faciliter le développement et d’améliorer l’accès aux médicaments dans les pays à revenu faible ou intermédiaire, par une approche innovante d’octroi de licences volontaires et de mise en commun des brevets.

Dans le cadre de l’accord, Merck accorde une licence au MPP qui peut ensuite donner des sous-licences aux fabricants de médicaments génériques. L’accord signifie que les développeurs du médicament ne recevront pas de droits sur les ventes tant que le covid-19 restera classé comme une urgence de santé publique de portée internationale par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les prix du Molnupiravir n’ont pas encore été déterminés, mais sa simplicité et la concurrence entre les fabricants de génériques devraient pouvoir assurer des prix bas dans les 105 pays les plus pauvres, selon Herve Verhoosel, porte-parole d’Unitaid (organisation internationale d’achats de médicaments pour les pays pauvres qui a créé le MPP).

Bakayoko Youssouf avec AFP

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite