Reportage/Kazo, l’homme qui transforme les pneus usés en or

par NORDSUD
Publié: Dernière mise à jour le 69 vues
pneus recyclés

Même si la politique de salubrité n’est pas à son comble dans les rues Abidjanaise, Bafétégué Kamagate plus connu sous le sobriquet de ‘’ Kazio Nature’’, joue sa partition dans la protection de l’environnement, en apportant une fière allure aux pneus usés. Un métier noble,  qui  ne trouve pas d’accompagnement nécessaire pour son expansion .

 Yopougon  Figayo. Dans un environnement précaire et bondé de monde, est niché l’atelier de Kazio Nature. Un espace encerclé de pneus, de fers, de bois, etc. Des outils essentiels pour son activité. Et c’est un hangar avec une toiture  rouillée qui lui  sert d’entrepôt.

confection d’une table simple

Après  la confection d’une table simple, commandé par un client, Kazio Nature  et ses deux employés  se reposent.« A cause de la période de carême, beaucoup d’activités sont en pause, mais après tout va bouger, j’en suis certain » , nous rassure-t-il ce vendredi.

Ils sont au nombre de cinq dans cet atelier. Mais, vu le ralentissement de leurs activités, les deux autres employés ont préféré s’occuper ailleurs.

Après avoir abandonné son métier de laborantin photo, Kazio Nature décide de s’adonner à la fabrication de meubles. Un métier qu’il ne maîtrisait pas auparavant. « Avec l’évolution de la technologie, les gens préfèrent  prendre les photos et les garder dans leurs téléphones. Le traitement des photos n’allait plus être d’actualité. Alors, étant une personne qui aime se démarquer  et inventer des choses nouvelles, j’ai proposé à un ami menuisier qui était en attente d’un matériel pour la confection d’un pouffe,  d’utiliser le pneu et ça  donné le résultat que vous constatez aujourd’hui », nous révèle t-il.

Il a ainsi décidé de s’auto-former afin de satisfaire les nombreuses demandes. « J’ai confectionné des pouffes et quand j’ai  vu plusieurs réactions suite à ma publication sur les réseaux sociaux,  je me suis dit que je pouvais en faire mon métier en m’améliorant », ajoute t-il.  Depuis 8 ans maintenant, cet autodidacte a trouvé sa voie dans la confection des meubles fait a base de pneus. Le coût d’un salon ( fauteuils , tables ) est estimé à 150 000 FCFA. Et il réalise un bénéfice moyen de 200 000 FCFA  par mois, en fonction de la demande.

«Les gens trouvent que mes tarifs sont coûteux, mais ils ne prennent pas en compte le travail effectué derrière. Parce que je me promène dans les rues et je fais le tri des pneus qui feront valoir  mon  travail », souligne-t-il. C’est tous  les efforts consentis derrière cette  activité  pleins de risques que nous expose Kazio Nature. Après la  récupération des pneus, il prend le soin  de les laver, de les assainir avant de procéder au recyclage, pour ensuite redorer leur aspect. Et il s’expose lui même  à des maladies. « Quand je vois mes créations, je suis fière car j’ai la sensation d’avoir sauvé des vies », nous confie-t-il.

Cet inventeur a déjà  reçu la visite de plusieurs médias internationaux et même celle d’Anne Desiré Ouloto alors ministre de la Salubrité urbaine, qui est passé à son atelier lors de la journée internationale du recyclage et lui a remis la somme de 500.000 FCFA, afin de l’encourager . « Cet argent m’a permis d’acheter du matériels », nous dit il .

Cet autodidacte ne bénéficie pas d’un accompagnement conséquent pour améliorer sa chaîne de production et exposer ses objets. « Je  débourse parfois de l’argent pour faire transporter  des pneus de motos, depuis Yamoussoukro parce qu’il n’y a  pas une chaîne de recyclage », explique t’il .

Le  recyclage est à mesure de générer de nombreux emplois et selon Kazio Nature, les jeunes entrepreneurs ne sont pas  soutenus à plein temps. « Alors qu’en Chine, lorsqu’une personne pond une idée, on l’aide dans ce projet afin de multiplier la production. Pour se prendre un magasin on nous parle de pas-de-porte , un droit d’accès qui vaut 2000.000 voire 10.000.000 de F ».

Le pas-de-porte ou droit d’entrée correspond à une somme que doit verser le locataire pour pouvoir disposer d’un local. C’est en partie à cause de  cette caution énorme que cet entrepreneur se retrouve coincé dans son taudis et ne parvient pas à exposer et vendre  ses objets comme il le souhaite. « J’ai certes  des entrées d’argent, mais à la fin du mois il faut retirer les charges. Avec 500.000 FCFA,  il est impossible de se prendre un magasin. Alors, je demande à nos ministères de nous aider  afin d’alléger  nos charges pour que l’entrepreneur ivoirien puisse s’épanouir », promet Kazio Nature .

Solange Nebie

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite