Rhdp-FPI: Un accord de partenariat officiellement signé

par NORDSUD
Publié: Dernière mise à jour le 115 vues

«Un acte conscient», «un instrument au service de la démocratie et de la réconciliation». C’est sous ce sceau que le secrétaire exécutif du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp), Cissé Bacongo, a placé le scellage de l’accord de partenariat entre le parti au pouvoir et le Front populaire ivoirien (FPI), ce 2 mai 2023 au Casino du Sofitel Hôtel Ivoire à Cocody. Articulé autour de «la réconciliation nationale» de «la cohésion sociale» et de la démocratie, ce chorus inclut par ailleurs la signature «si nécessaire» d’accords électoraux à l’occasion des différentes joutes électorales. Les deux chapelles politiques ont apposé leurs signatures sur le document estampillé des logos de leurs écuries respectives, entérinant ainsi un accord entre deux familles idéologiquement aux antipodes.

Au cours de son exposé, le responsable du Rhdp a par ailleurs posé les balises autour de cet accord. «Il ne s’agit pas d’un instrument de partage de cadeau, de partage de pouvoir», a martelé Cissé Bacongo. En écho aux propos du nouvel allié, le président du FPI a embouché la trompette sur le cadre de ces nouvelles épousailles politiques. «Ni le Rhdp, ni nous-même le FPI, n’étions obligés de signer un tel accord. (…) Pas un partage de postes, ce partenariat n’est pas davantage un accord électoral. Par «nécessaire», nous entendons par exemple les mairies ou régions où des accords s’imposeront, afin de faire barrage à des candidats qui ne partagent pas notre objectif de réconciliation nationale, de cohésion sociale et de démocratie. C’est une démarche de responsabilité et de lucidité», a-t-il précisé. Tout en soulignant le caractère inédit de cet accord dans le landerneau politique ivoirien, Affi N’Guessan a fait noter que ce partenariat n’érigera pas le FPI en soliloque des pensées du Rhdp. «Cet accord a été conclu par nos deux partis dans le respect de leurs différences et de leur autonomie. (…) Il nous donne des droits et nous impose des devoirs, librement consentis. Le FPI sera à la fois un aiguillon et une vigie. Le cadre de concertation mis en place entre nous nous permettra, les uns et les autres, de dresser des bilans réguliers, de nous interpeller le cas échéant, de se demander l’un à l’autre des comptes», précise-t-il. A priori, le premier test grandeur nature dudit accord se jaugera à l’aune des prochaines élections municipales et régionales le 2 septembre 2023.

Charles Assagba

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite