Séraphin Prao, docteur en économie: «Il y aura des maisons sans preneurs à Abidjan»

par NORDSUD
Publié: Dernière mise à jour le 195 vues

«Le secteur de l’immobilier est un secteur à désordres. Vous avez à Bingerville des maisons de deux pièces à 250 000 FCFA, le mois.  Je suis partisan d’une autre approche qui dit que pour lutter contre la vie chère, il faut agir sur la nourriture, le transport et le logement. Malheureusement, l’immobilier reste très peu régulé. La Banque de l’habitat de Côte d’Ivoire (Bhci) a connu une crise, parce que le secteur est à problèmes.

Pour financer un secteur pareil, il faut mobiliser ce qu’on appelle, les ressources longues. Imaginez que vous faites un compte bloqué de 5 ans, et que l’argent de ce compte bloqué est utilisé pour faire un prêt à quelqu’un sur un crédit immobilier, qui fait 20 ans. Comment la banque va-t-elle vous rembourser ? C’est ce qui est arrivé à la Bhci. Il a fallu que l’Etat recapitalise cette banque en 2021. Il faut donc attirer l’attention des gens sur ce secteur immobilier. Il risque d’y avoir une bulle immobilière en Côte d’Ivoire, parce qu’il y aura trop de maisons avec des conditions qui ne seront pas à la bourse des populations. Ces maisons resteront sans preneurs. Les sociétés qui se sont endettées pour les construire seront incapables de rembourser les banques».

Propos recueillis par Raphaël Tanoh

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite