Pain: Pourquoi les produits de substitution n’ont pas fonctionné

par NORDSUD
Publié: Dernière mise à jour le 178 vues

Les Ivoiriens sont-ils sur le point d’assister à une hausse du prix de la baguette de pain ? Les autorités sont en discussion en ce moment avec les boulangers pour tenter d’éviter cette fâcheuse situation. En cause : la suspension de la subvention accordée aux meuniers. La conséquence a été l’augmentation du prix du sac de farine. Une hausse qu’Abbey Marius, président de la Fédération interprofessionnelle des patrons boulangers et pâtissiers de Côte d’Ivoire déplore. D’autant plus qu’ils ont suspendu leur mot d’ordre de grève pour aller au dialogue, alors qu’aucun deal n’a encore été trouvé entre le gouvernement et les boulangers. «Nous attendons toujours que les discussions débutent », a signifié M. Abbey ce mardi à la rédaction de Nord Sud. Pourtant, une question taraude les Ivoiriens. Que sont devenus les produits de substitution partielle à la farine de blé ? Les farines de manioc, de banane ou de l’igname ont-ils déçu dans la fabrication du pain ? «Nous avons essayé d’introduire ces produits dans la fabrication du pain, mais il y a deux problèmes. D’abord, ils ne sont pas disponibles, ensuite, le manque de vulgarisation fait que c’est difficile de commercialiser le pain fait à base de manioc ou de banane», souligne Abbey Marius. Ce lundi, alors que les boulangers étaient divisés sur la grève, ils ont été reçus par le Premier ministre et le ministre du Commerce, de l’industrie et de la promotion des PME. Pour le moment, aucun accord. L’Etat va-t-il ramener la subvention de 6 milliards de francs accordée aux meuniers pour ramener le prix du sac de farine de 25 000 à 21 000 FCFA ? Rien n’est moins sûr.

Raphaël Tanoh

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite