Police : La Côte d’Ivoire connaît sa première femme, préfet de police  

par NORDSUD
33 vues

C’est un pas de géant sur le front de la promotion du genre dans l’administration publique ivoirienne. La Côte d’Ivoire connaît désormais la première femme préfet de police de son histoire en la personne du Commissaire-Major de Police  Akaffou EPSE Titipeu Chi-Kocoa Adèle. Nommée nouveau préfet de police de Yamoussoukro, la nouvelle promue, figure de la gent féminine dans le giron de la police nationale, brise ainsi un nouveau plafond de verre. Porte-parole des femmes exerçant dans le secteur à l’occasion de la visite du ministre de l’Intérieur et de la sécurité à la préfecture de police d’Abidjan, dans le cadre de la célébration de la journée internationale des droits de la femme, l’ancienne commissaire divisionnaire de police Akaffou Adèle épouse Titipeu avait été dithyrambique au sujet de l’évolution historique qualitative et quantitative du quota des femmes dans les rangs des hommes en treillis. D’un effectif de 30 femmes en 1987, à ce jour l’institution compte 3247 femmes, soit 13,73%, avait-elle fait remarquer. En prenant ce nouveau galon historique de préfet de police de Yamoussoukro et par ricochet de première femme préfet de police de la Côte d’Ivoire, la Commissaire-Major de Police Akaffou Adèle vient grossir les rangs des têtes de gondoles féminines dans la hiérarchie de la police ivoirienne.  Elle grave son nom en lettres d’or aux côtés de la Directrice de cabinet au ministère de la Sécurité, Kambilé épouse Palé Élie, de l’Inspecteur général de police, Atsin Viviane, commissaire divisionnaire de police, 1ère femme commissaire de police et d’Oulaï Yvonne, 1ère femme officier de police, commissaire divisionnaire, médaille d’honneur avec palme.

Charles Assagba

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite