Prix de l’internet mobile en Côte d’Ivoire: Voici la position du gouvernement

par NORDSUD
Publié: Dernière mise à jour le 201 vues

Le porte-parole du gouvernement reste droit dans ses bottes à propos de la polémique relative au prix d’internet. Interrogé après la lecture du compte rendu du communiqué du conseil des ministres de ce 19 avril 2023, Amadou Coulibaly a réitéré ses propos tenus sur les antennes de la chaîne nationale ivoirienne. Le ministre de la Communication et de l’Economie numérique a expliqué que la hausse contestée du prix de la data résulte d’un déséquilibre du secteur. Au nombre des facteurs de cette disparité, Amadou Coulibaly a évoqué : la baisse du chiffre d’affaires des opérateurs sur les appels téléphoniques dont les revenus servaient initialement à la subvention du prix de l’internet mobile et l’augmentation exponentielle du nombre d’utilisateurs d’internet. «Le coût de la data était subventionné par les opérateurs tant que la voix marchait et tant que nous n’avions pas un nombre d’utilisateurs important de la data. Aujourd’hui, avec l’apparition des réseaux sociaux, très peu de gens appellent directement, tout le monde passe par les réseaux sociaux qui nécessitent l’utilisation de la data. En 2012, lorsque nous avions évalué les utilisateurs de smartphones, ils étaient autour de 700.000. Aujourd’hui, les chiffres nous donnent 37 millions d’utilisateurs. Les opérateurs ne peuvent plus subventionner pour 37 millions utilisateurs, ce qui était fait pour 700.000 utilisateurs», explique le ministre. Embouchant la trompette sur le présumé refus de deux opérateurs d’opérer une revue à la baisse de leurs prix en revenant à l’ancienne grille tarifaire, Amadou Coulibaly n’a pas fait évoluer sa position d’un iota. «Les deux opérateurs n’ont à aucun moment exprimé une quelconque volonté de ne pas respecter la directive indiquée par le régulateur. Ces deux opérateurs (ndlr, Orange et MTN) qui sont les plus gros ont évoqué des problèmes techniques qui ne leur permettent pas en 48 heures de revenir aux anciens tarifs. Je l’avais indiqué lors de mon passage au 20 heures, que cela prendrait entre 48 heures et 3 semaines», a-t-il souligné. Et le ministre de battre en brèche les informations selon lesquelles le coût d’internet en Côte d’Ivoire serait l’un des plus élevés dans la sous-région ouest-africaine. «La Côte d’Ivoire reste l’un des pays les moins chers en matière de data mobile. Le Mali est à 3,3 f le mégaoctet, le Togo est à 2,2 f, le Sénégal est à 3,3 f, la Guinée est à 1,34 f, le Burkina Faso est à 10 f. Nous sommes alignés sur le Cameroun qui est à 1 f. Pour ce qui est de l’entrée de base, la Côte d’Ivoire est l’un des pays les moins chers, en termes d’accessibilité de facilité d’accès, la Côte d’Ivoire est le 2è pays. On entend beaucoup de choses mais tout ne reflète pas forcément la réalité», a-t-il précisé, rejetant ainsi en bloc les informations partagées en masse sur les réseaux sociaux. Le cap est donc mis sur le 20 avril, échéance à laquelle les discussions bipartites entre le régulateur et les opérateurs prendront fin, avec en prime une nouvelle politique tarifaire.

Charles Assagba

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite