Second tour de la présidentielle au Niger: duel entre Mohamed Bazoum et Mahamane Ousmane

par NORDSUD
22 vues

Environ 7,4 millions de Nigériens choisiront dimanche Mohamed Bazoum ou Mahamane Ousmane comme nouveau président, une première démocratique dans ce pays à l’histoire marquée par les coups d’Etat.

Jamais le Niger n’a vu deux présidents élus se succéder depuis l’indépendance de la France en 1960. La plupart des régimes ont néanmoins été emportés par des putschs militaires: depuis l’indépendance, il y a eu six élections et quatre coups d’Etat.

« Passer le pouvoir en 2021 à un successeur démocratiquement élu (…) sera ma plus belle réalisation », a déclaré le président sortant Mahamadou Issoufou, dont le retrait a été unanimement salué sur la scène internationale, de nombreux dirigeants d’Afrique de l’Ouest s’accrochant au pouvoir.

Son successeur sera soit M. Bazoum, son fidèle lieutenant, soit M. Ousmane, le premier président démocratiquement élu du Niger en 1993 qui cherche depuis sa chute trois ans plus tard à redevenir chef d’Etat.

Tous deux sont des barons de la politique nigérienne dominée par environ une dizaine d’hommes qui font et défont les alliances depuis trente ans pour tenter de se porter au pouvoir.

Dimanche, l’élection n’échappera pas à cette règle des alliances: M. Bazoum, 60 ans, arrivé en tête du premier tour avec 39,3% des voix, a négocié contre de futurs postes le soutien de deux autres ténors arrivés en 3e et 4e position du premier tour du 27 décembre, Seïni Oumarou et Albadé Abouba.

« Bazoum dispose d’une coalition qui est a priori gagnante si les consignes de vote des partis qui le soutiennent sont respectés par leurs militants », selon Ibrahim Yahya Ibrahim, chercheur à International Crisis Group. C’est cependant « très loin d’être gagné », estime-t-il.

Mahamane Ousmane, 71 ans, qui a glané presque 17% des voix au premier tour, peut lui compter sur la coalition d’opposants « Cap 20-21 », sur le soutien de l’ex-chef de la junte Salou Djibo (près de 3% au premier tour) et surtout sur celui du farouche opposant au pouvoir Hama Amadou, qui n’a pu se présenter.

Ce dernier a été écarté par la justice en raison de sa condamnation en 2017 à un an de prison dans une affaire de trafic de bébés, condamnation qu’il a a qualifiée de « politique ».

Enjeux économiques et sécuritaires

M. Bazoum a misé durant la campagne sur la continuité avec le régime passé, arguant des résultats acquis et insistant sur le développement nécessaire d’un pays classé dernier au monde en termes d’indice de développement humain (IDH), mais premier en croissance démographique avec une moyenne de sept enfants par femme.

Un immense défi dans un contexte sécuritaire catastrophique: dans l’Est, le groupe jihadiste Boko Haram attaque sans discontinuer la région de Diffa, et l’Ouest est de plus en plus sous le joug d’un autre groupe jihadiste affilié à l’Etat islamique.

Avec AFP

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite