Transport: 18.000 VTC dans le flou

par NORDSUD
Publié: Dernière mise à jour le 12 vues

Depuis la prise d’un décret le 15 décembre dernier, portant règlementation des transports publics particuliers, le flou continue de régner autour de la question des voitures de transport avec chauffeur (VTC). Malgré la grève des chauffeurs de taxi-compteur, pas un seul jour ils n’ont arrêté de travailler. Alors qu’un décret a été pris pour réglementer le secteur, impossible pour les acteurs du transport d’avoir accès au document. «On nous a demandé de télécharger le décret, mais impossible de le trouver. Ce qui fait que nous en ignorons le contenu», a confié ce jeudi, à Nord-Sud, N’Da Bernard, président de la Mutuelle des entrepreneurs de véhicules de transport avec chauffeur de Côte d’Ivoire (ME-VTC-CI).

Qui ajoute : «Pourquoi voulez-vous que nous arrêtions de rouler ? Il n’y a aucun texte pour le moment qui nous dit comment nous mettre en règle ; ce que nous devons payer et à qui nous devons le payer. Le contenu du décret n’est connu d’aucun d’entre nous». Au total, dit-il, ce sont 18.000 VTC qui attendent de savoir à quoi ils seront soumis. Pour beaucoup, le contenu du décret pourrait être fatal s’il aborde des aspects tels que la puissance des véhicules. «Ce sera très dangereux, parce que la plupart des propriétaires de VTC ont pris ces véhicules avec leurs propres fonds, sans aucune aide d’une banque», indique M. N’Da. Il salue toutefois ce décret qui, pour lui, donne un fonctionnement légal aux VTC.

Avec eux, les propriétaires de taxis-compteurs attendent de comprendre à quoi aura servi leur combat. Alors que le secteur ne compte qu’environ 22 000 taxis-compteurs, il devient clair pour eux que le nombre de VTC augmente considérablement d’années en années par rapport au nombre de taxis-compteurs.  «Nous sommes tous conscients que cela va prendre du temps. Avant l’arrêté d’application, il y aura beaucoup d’aspects à clarifier sur le terrain, comme le montant de l’assurance des VTC», fait savoir Albert Tapé, président de l’Union des fédérations des syndicats des chauffeurs de Cocody (Ufesco). Pour lui, il n’a jamais été question de combattre les VTC, mais d’instaurer plutôt une forme de justice.

Alors que cette justice risque de prendre encore du temps, au ministère des Transports, un proche collaborateur du ministre affirme que le décret est encore au niveau du secrétariat général de la présidence.

Raphaël Tanoh

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite