Visite de travail à Abidjan: Ce que Ouattara et Sandaogo Damiba se sont dit

par NORDSUD
Publié: Dernière mise à jour le 125 vues

Le président de la République Alassane Ouattara a reçu ce lundi 5 septembre 2022, le chef de l’Etat du Burkina Faso, le Lieutenant-Colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba, pour une visite d’amitié et de travail de 24 h en Côte d’Ivoire. Une occasion saluée par Alassane Ouattara, après environ 45 minutes d’entretien avec son hôte. «Je voudrais vous dire, Monsieur le Président, notre joie de vous recevoir aujourd’hui et vous dire combien ceci nous paraît normal, puisque les liens entre la Côte d’Ivoire et le Burkina sont très anciens. Des liens d’histoires des peuples, comme la géographie. Une histoire qui faisait que les deux pays, à un moment donné, formaient littéralement le même. Donc ici, vous êtes chez vous Monsieur le Président et je voudrais aussi vous dire toute ma compassion, la compassion de tous les Ivoiriens, concernant toutes les victimes, avec la situation des groupes armées terroristes qui font beaucoup de dégâts au Burkina Faso, et vous féliciter pour tous les efforts qui sont faits pour maîtriser cette situation. Surtout, insister sur le fait que la Côte d’Ivoire est  en plein soutien à vos efforts et nous estimons que cette situation d’attaques terroristes concerne toute la sous-région et que nous devons tout faire pour vous soutenir, pour vous aider et aussi pour continuer d’échanger les renseignements ;  d’avoir une coopération au niveau de nos forces de défense et de sécurité, que ce soit au plan bilatéral, comme dans le cadre de l’initiative d’Accra.

Monsieur le Président,  je voudrais aussi vous dire combien nous avons apprécié vos initiatives en matière de dialogue entre les populations, vos initiatives de réconciliation. Car, dans de telles situations, la réconciliation est un levier important pour recréer la confiance entre les différentes populations dans un même pays.

Et enfin, vous réitérer toute notre disponibilité à reprendre et à renforcer la coopération économique et financière entre nos deux pays et dans le cadre de la sous-région. Et aussi vous dire qu’au niveau de la Cedeao, nous avons considéré que le Burkina faisait beaucoup d’efforts et que le Burkina devait continuer d’être soutenu, et que nous devrions faire en sorte que vous pussiez établir un calendrier de la transition qui soit raisonnable. Et c’est ce que vous avez fait. Et bien évidemment, la fin de ce processus doit être des élections démocratiques, le moment venu.

Et nous vous faisons confiance quant à votre décision de respecter les engagements que vous avez pris avec les organes de la Cedeao, notre communauté. La Côte d’Ivoire sera toujours en soutien à vos efforts et je vous souhaite à nouveau la bienvenue ; nous sommes confiants qu’avec toutes les décisions que vous avez prises, la situation continuera de s’améliorer au Burkina».

À la suite de ces propos, le Lieutenant-Colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba a également félicité cette rencontre.

« Nous sommes là aujourd’hui, pour vous témoigner notre gratitude, pour l’accompagnement dont nous avons bénéficié depuis le 24 janvier. Vous avez personnellement accompagné et soutenu les efforts auprès de la communauté sous-régionale de la Cedeao. Mais aussi, vous nous avez, par votre expérience, accompagné dans le processus de recréer une meilleure cohésion sociale au niveau du Burkina et tout cela devait nous amener à nous appuyer sur votre expérience, sur l’expérience de la Côte d’Ivoire, en matière de cohésion, pour davantage ramener un peu d’accalmie dans notre pays.

Je voudrais également partager les préoccupations sécuritaires que nous avons au niveau de nos deux pays à la frontière et aussi vous assurer que les engagements pris au niveau de la Cedeao seront respectés.

La transition œuvrera en première partie, à ramener un peu plus de stabilité au niveau de l’intérieur du pays et organisera les élections pour un retour à un ordre constitutionnel normal.

Voici le message que ma délégation et moi sommes venus vous livrer ; non seulement vous exprimer notre gratitude pour l’accompagnement et le soutien que vous nous avez montrés tout au long du processus avec la Cedeao, et dans notre démarche de réconciliation.

Soyez rassurés également que les engagements pris par le Burkina Faso auprès de la communauté internationale seront respectés».

Raphaël Tanoh

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite