Bénin: Des militants de l’opposition paralysent les rues

par NORDSUD
25 vues

Le mandat de l’actuel président béninois, Patrice Talon, devait s’achever le 5 avril à minuit. Mais il a été rallongé d’un mois et demi, conformément à la réforme constitutionnelle de novembre 2019. Farouchement opposés à cette prolongation, des manifestants sont descendus dans les rues des grandes villes béninoises depuis mardi.

«Le mandat présidentiel de notre président Patrice Talon devait prendre fin le 5 avril à 00h et il a révisé la Constitution à l’insu de la population. Il a reporté les élections qui devaient se tenir avant le 5, au 11. La population n’est pas d’accord et voilà pourquoi nous manifestons notre mécontentement par rapport à la situation politique de notre pays» a indiqué un manifestant au micro de Radio France Internationale (RFI). Plusieurs localités du centre et du nord du pays ont été le théâtre d’échauffourées. Pneus incendiés sur la place de l’Étoile rouge à Cotonou, voie bloquée à Tchaourou (ville d’origine de l’ancien président Boni Yayi), tout comme la voie principale de Savè (localité du centre du Bénin) bloquée, descente d’individus à pied et à motos dans les rues de Parakou (450 km au nord de Cotonou). Très souvent les manifestants scandaient: «Talon, il faut partir ! » … Le mercure ne cesse de monter en dépit des interventions des forces de l’ordre. A coup de gaz lacrymogène, ils tentent de ramener le calme et de libérer les voies qui ont été obstruées par les manifestants.

Trois jours avant le scrutin présidentiel du 11 avril, les prémices du bras de fer entre les partisans de l’opposition et le pouvoir en place pointent à l’horizon. D’autant plus que chacune des deux parties campe sur ses positions.  

Le porte-parole du gouvernement explique la situation au regard des dispositions légales en vigueur. «La date du 5 avril n’a plus aucun sens, ni aucun fondement juridique. Le calendrier électoral a été constitutionnalisé de même que sa prise de fonction par loi fondamentale aujourd’hui en vigueur au Bénin. Cette Constitution est écrite en français facile», a indiqué Alain Orounla.

Charles Assagba

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite