Candidats indépendants : Pourquoi sont-ils confiants ?

par NORDSUD
Publié: Dernière mise à jour le 73 vues

Ils sont plus d’une centaine pour 843 candidats. Soit, 11% des effectifs. Les indépendants pour ces municipales et les régionales, jouent pourtant gros, comparativement à leurs adversaires. S’ils échouent, ce sera la double sanction. D’abord la perte du scrutin, ensuite le retour de bâton de leurs partis respectifs. Du moins, pour la plupart. Adajaratou Traoré, à Koumassi ; Yasmine Ouégnin, à Cocody ; Bamba Siaman, dans le Bagoué ; Feh Kessé, à Gbonné, etc. Interrogé par Nord-sud.info ce vendredi 1er septembre sur leur état d’esprit, à moins de 24 du vote, ils se disent confiants. « J’attendais que mon adversaire m’appelle pour constituer sa liste, mais il ne l’a pas fait. Et, étant donné que la population avait besoin de moi, je me suis présenté en candidat libre. Jamais je ne vais à l’encontre des volontés du Président de la République. Personne ne peut lui désobéir. Les sanctions ? On y est tous préparé. Mais je suis serein et je serai toujours à la disposition du chef de l’Etat, président du Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (Rhdp) ». Ce sont là les mots de Bamba Siaman, candidat sortant pour les régionales dans le Bagoué.

Le choix de la population ?

De sont côté, l’honorable Yasmina Ouégnin affiche un état d’esprit similaire, selon Charles Kisito, membre du staff de la candidate indépendant qui défie le Patri démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci), sans ambages. « Nous savions qu’il y aurait des sanctions, depuis le début. Nous nous sommes préparés. Mais il arrive parfois que le parti établisse une direction et que la population en établisse une autre. C’est ce qui est arrivée avec l’honorable Yasmina Ouégnin. Elle suit la voie des populations de Cocody », explique Kisito, au micro de Nord-sud.info. Un état d’esprit partagé par la plupart des candidats indépendants, majoritairement dans les rangs du Rhdp. Ils sont 105 que le parti devra gérer. Et chaque cas aura des conséquences différentes. Dans le Bagoué, par exemple, le vainqueur des régionales restera quoi qu’il en soit, dans les rangs du Rhdp. Par contre, à Koumassi, un indépendant aux municipales peut fragiliser le candidat choisi par son parti politique, au profit de l’opposition. Ce qui serait tragique. Et pourtant, ils ont ignoré les ordres de leurs groupements politiques qui ont clairement brandi des menaces à l’encontre des candidats indépendants dans leurs rangs. Pourquoi? « C’est cette année que nous avons vu les partis politiques brandir des menaces publiquement. Jusque-là, il n’y a jamais eu de véritables sanctions envers un candidat indépendant. Je pense qu’il y aura simplement des négociations, que le candidat gagne ou perde. Parce que nous sommes dans une famille politique et qu’on gagne toujours a avoir tout le monde avec soi», explique Dr Nene Arsène, spécialiste des questions politiques. D’où la confiance des indépendants. Après tout, que risquent-ils ?

Georges Dagou

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite