Côte d’Ivoire: Ouattara verrouille les ambitions présidentielles de Bédié et Gbagbo

par NORDSUD
Publié: Dernière mise à jour le 713 vues


A l’ occasion de la célébration du 62ème anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara a posé des actes mémorables. Dans son discours à la nation le 6 août 2022, le président ivoirien a annoncé des mesures qui calmeront pour très longtemps le front social, le jeu politique. Ce qui enlève à ses opposants Henri Konan Bédié du Pdci et Laurent Gbagbo du Ppa-CI tous leurs arguments pour chauffer à blanc leurs militants. Et se maintenir dans les starting-blocks de la présidentielle de 2025.

Consolidation de la paix et de la cohésion sociale

Alassane Ouattara a indiqué dès l’entame de son adresse qu’il se situe sur le terrain de la consolidation de la paix et de la cohésion sociale qui, depuis plus d’une décennie, demeurent l’acquis le plus précieux des Ivoiriens. Ses opposants ne le retrouveront nulle part ailleurs s’ils veulent bien faire de la politique. Il a surtout expliqué que ce sont ces deux leviers qui soutiennent les progrès socio-économiques, œuvres communes et le succès collectif des Ivoiriens.

Méthodiquement, il a expliqué comment tout cela s’est mis en place. Il a fallu d’abord œuvrer au plan politique pour désamorcer les tensions politiques que certains hommes politiques montraient en épingle.

En convoquant, successivement les acteurs politiques et la société civile autour de la table de discussions depuis les 27 et 28 avril 2012 à Grand-Bassam, les esprits se sont apaisés. Ainsi, la 5ème phase du dialogue politique ainsi que les recommandations qui en sont issues ont fortement contribué à l’apaisement du climat politique et à la consolidation de la démocratie dans notre pays.

Alassane Ouattara a continué de donner des gages aux principaux acteurs politiques. Il a rencontré successivement Henri Konan Bédié, Laurent Gbagbo, Affi N’guessan, Mabri Toikeusse pour montrer sa bonne foi. La rencontre fraternelle qu’il a eue le 14 juillet 2022 au Palais de la Présidence de la République, avec ses prédécesseurs, Henri Konan Bédié et Laurent Gbagbo, a achevé de convaincre les plus sceptiques.

Tous les Ivoiriens et les observateurs l’ont vu, les 3 grands de la politique ivoirienne ont échangé dans une atmosphère conviviale, sur des questions d’intérêt national et sur les voies et moyens de consolider la paix dans leur pays. C’est dans sa volonté de faire embarquer tous les Ivoiriens dans le train de la paix qu’Alassane Ouattara a invité les anciens présidents Bédié et Gbagbo à la célébration du 62ème anniversaire de l’indépendance de la Côte d’Ivoire sur les terres de Félix Houphouët-Boigny, à Yamoussoukro. Mais malheureusement, ces deux étaient aux abonnés absents.

Alors que le Président Ouattara a poussé le bouchon de sa magnanimité jusqu’à à accorder la grâce présidentielle à Laurent Gbagbo. Mais pas l’amnistie. Laurent Gbagbo ainsi que trois de ses ex-ministres, dont son ancien Premier ministre, Gilbert Aké N’Gbo, ont été condamnés le 18 janvier 2018 à 20 ans de prison et 329 milliards FCFA d’amende, dans l’affaire dite du «braquage» de l’agence de Bceao à Abidjan pendant la crise post-électorale ivoirienne.

Au-delà de la personne de son prédécesseur, il y a eu l’adhésion de tous les partis politiques et de la société civile à la création d’un climat de paix en Côte d’Ivoire. Le geste d’Alassane Ouattara s’inscrit dans le souci de renforcer donc la cohésion sociale.


En plus de la grâce présidentielle, Laurent Gbagbo verra ses comptes dégelés, lui qui disait être un indigent lors de son procès à la Cour pénale internationale ( CPI). Ses arriérés de rentes viagères lui seront également payés. Une action humanitaire.

Comme Laurent Gbagbo s’accroche à « ses prisonniers politiques et militaires », le Président de la République a également signé un décret accordant la libération conditionnelle au vice-Amiral Vagba Faussignaux et au Commandant Jean-Noël Abehi, condamnés pour des infractions liées à la crise postélectorale de 2010. Il y avait des raisons qu’ils soient en prison.

Opération démontage

Le deuxième aspect du discours du numéro un ivoirien a consisté à apporter des réponses à ce qui pourrait constituer un fonds de commerce politique pour certains. Il a rappelé tous les efforts déployés au plan sécuritaire. Le gouvernement poursuit le renforcement de la formation et des capacités opérationnelles des Forces de Défense et de Sécurité ainsi que la lutte contre le terrorisme, l’orpaillage illégal et le trafic de drogue.

Alassane Ouattara ne peut pas non plus être pris à défaut sur le terrain de l’assainissement et de la salubrité. Il y est très actif. Après avoir déploré les pertes en vies humaines et les dégâts matériels suite aux pluies diluviennes, le chef de l’État a dit avoir instruit le gouvernement à l’effet d’accélérer la mise en œuvre des grands projets d’assainissement qui permettront de réduire les risques d’inondation et d’éboulement. Il a surtout mis l’accent sur la prise de conscience collective. Avant d’inviter les populations à quitter les sites à risques.

Alassane Ouattara a gardé le coup de massue qu’il voulait donner à Bédié et Gbagbo pour la fin. Les médias proches de l’opposition accusent régulièrement le chef de l’État ivoirien d’abandonner les consommateurs et les citoyens devant la cherté de la vie.

De sa position d’économiste chevronné, Alassane Ouattara sait que la hausse des prix est un phénomène mondial. La hausse des prix des produits alimentaires et du carburant qui affecte le pouvoir d’achat et touche durement le panier de la ménagère ne concerne pas seulement la Côte d’Ivoire.

C’est pourquoi il a situé le contexte de la crise avant de brosser à grands traits tout ce que fait le gouvernement ivoirien pour atténuer l’impact négatif de cette inflation mondiale sur la cherté de la vie dans notre pays. Il a fait comprendre que ce sont les 500 milliards de F CFA de subventions de l’Etat, depuis le début de l’année 2022, pour le carburant, qui font que les prix des produits pétroliers en Côte d’Ivoire figurent parmi les plus bas de la sous-région. Quand un automobilistes achète un litre de gasoil à la pompe à 615 F CFA, l’Etat de Côte d’Ivoire apporte une subvention de 469 F CFA. Pour le super, la subvention de l’Etat est de 285 F CFA pour chaque litre acheté à la pompe à 735 F CFA.

Le Président n’a pas omis d’évoquer le plafonnement temporaire des prix de plusieurs produits alimentaires de première nécessité tels que l’huile de palme raffinée, le sucre, le lait, le riz, la tomate concentrée, la viande de bœuf et les pâtes alimentaires. Tout comme le dispositif déployé pour atteindre l’autosuffisance alimentaire en Côte d’Ivoire avec la contribution du secteur privé.
Malgré ces pressions inflationnistes et le ralentissement de l’économie mondiale, Alassane Ouattara a assuré que les perspectives économiques restent positives pour la Côte d’Ivoire. La poursuite des investissements et des réformes devrait permettre au pays de connaître une croissance forte, d’environ 7% en 2022 et à moyen terme.

Les cadeaux

A ce stade de son discours, le chef de l’État a dévoilé sa batterie de mesures pour soulager les fonctionnaires et agents de l’État. Les bonnes dispositions d’esprit des organisations syndicales ont permis d’aboutir à des résultats visant à améliorer la qualité de vie des fonctionnaires et agents de l’Etat ainsi que des retraités.

Il a ainsi évoqué l’extension du bénéfice de l’indemnité contributive au logement à l’ensemble des fonctionnaires et agents de l’État, car environ 1/3 des agents n’en bénéficient pas actuellement. A la grande joie des syndicats, il a dévoilé la revalorisation de 20 000 F CFA par mois, de l’indemnité contributive au logement pour l’ensemble des fonctionnaires et agents de l’État, y compris les Forces de défense et de sécurité.

Sans oublier d’évoquer le cadeau qu’il avait pour les enfants des fonctionnaires. A savoir la revalorisation, pour la première fois depuis 1960, de l’allocation familiale qui passe de 2 500 F CFA à 7 500 F CFA par mois et par enfant, selon les modalités d’application habituelle. Les retraités également ont eu leur part du gâteau de l’indépendance. Les retraités du secteur public bénéficieront de la hausse de l’allocation familiale de 5000 F CFA par mois et par enfant.

En ce qui concerne les retraités du secteur privé, les pensions de retraite augmenteront de 5%.
Alassane Ouattara a rappelé à toute fin utile que toutes ces mesures représentent un effort additionnel de l’Etat, d’environ 227 milliards de F CFA par an. Pour renforcer le baume mis au cœur des travailleurs et retraités, le Président Ouattara a souligné que ces mesures entreront en vigueur, dès ce mois d’août 2022, sur les salaires.

Le paiement de la prime exceptionnelle qu’il a également annoncée entrera en vigueur en janvier 2023. Le secteur privé n’a pas été oublié.
Puisque des discussions seront engagées en vue d’une revalorisation du Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti (SMIG) dans les prochains mois.

En apportant des réponses satisfaisantes point par point au cahier de revendications que l’opposition utilisait, Alassane Ouattara désarme Bédié et
Gbagbo.

Tous les chiffons rouges qu’ils agitaient ont été déchirés.

Bakayoko Youssouf

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite