Déficit d’enseignants : Quand le préscolaire pose problème

par NORDSUD
20 vues

Faut-il redonner le préscolaire au privé ? C’est en tout cas, l’avis de plusieurs acteurs du système éducatif. Devant le manque d’enseignants de plus en plus notable au primaire, ils pointent du doigt la prise en main du préscolaire par l’Etat. Avec à son actif plus de 10 000 enseignants, selon Abba Eban, président du Mouvement national pour l’union des enseignants de Côte d’Ivoire (Muneci), le préscolaire a obligé l’Etat à dégarnir les effectifs au primaire.

« Il n’y a pas d’enseignants formés pour encadrer les enfants au préscolaire. Par conséquent, l’Etat les prend parmi les instituteurs du primaire. Or, le préscolaire s’étend de plus en plus », note-t-il, en citant la décision récente du gouvernement d’installer une section préscolaire dans chaque établissement primaire public. Avant de poursuivre : « Nous ne voyons vraiment pas l’utilité de dépenser autant de ressources pour le préscolaire. Cela n’améliore pas nécessairement le niveau des enfants, quand ils arrivent au CP1 ». Une préoccupation diversement appréciée.

Pour les parents d’élèves, beaucoup envoient leurs enfants au préscolaire plus pour s’en débarrasser que pour leur donner une base. « Nous n’avions pas de préscolaire à notre époque. Cela ne nous a pas empêché d’exceller à l’école », note Kadio Claude, président de l’Organisation des parents d’élèves et d’étudiants de Côte d’Ivoire (Opeeci). Toutefois, pour lui, il faut vivre avec son temps.

Supprimer le préscolaire reviendrait à être en décalage avec les normes scolaires actuelles.

Alors, redonner ce segment au privé ?

Raphaël Tanoh

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite