Election de mi-mandat aux Etats-Unis: Trump-Biden, match retour

par NORDSUD
23 vues

Sans que leurs noms figurent sur les bulletins de vote, Joe Biden et Donald Trump sont devenus les protagonistes d’une intense campagne électorale qui a une nouvelle fois mis en lumière la division que connaissent les États-Unis.

Deux ans après la fin calamiteuse de son mandat, Donald Trump est de retour au centre du débat politique américain. Les scrutins de mi-mandat, qui voient ce mardi 8 novembre 2022 les électeurs américains voter pour élire la Chambre des représentants, un tiers du Sénat, les gouverneurs de 36 États et des centaines d’autres élus locaux, ressemble largement à un référendum sur sa personne.

L’ancien président fait l’objet de plusieurs enquêtes judiciaires, et pourrait être prochainement inculpé par le procureur général. Il a aussi été mis en cause directement lors des auditions de la commission d’enquête sur l’émeute du 6 janvier 2021 comme le principal responsable et instigateur de cette attaque sans précédent contre le Congrès. Mais il conserve le soutien d’une solide majorité des électeurs républicains, et a délibérément influé sur le scrutin pour préparer sa probable candidature à un nouveau mandat présidentiel.

Les résultats les plus significatifs auront lieu dans les États où ces candidats sont en lice. Dans l’Arizona, Blake Masters nie ouvertement la légitimité de l’élection de Joe Biden, et soutient les théories de fraude les plus farfelues. En Géorgie, l’ancien champion de football américain Herschel Walker, autre candidat imposé par Trump, a résisté à tous les scandales – enfants naturels, compagnes forcées à des avortements et accusations de violences conjugales – pour menacer directement le sénateur démocrate sortant.

En Pennsylvanie, autre État crucial, l’ancien médecin et vedette de la télévision Mehmet Öz est au coude à coude avec son adversaire démocrate, frappé par un accident vasculaire cérébral au début de la campagne. Dans l’Ohio, l’auteur à succès J. D. Vance, vainqueur de la primaire républicaine grâce au soutien de Trump, pourrait lui aussi remporter ce siège. Dans le New Hampshire, l’ancien général Don Bolduc, qui soutient aussi la thèse de la fraude électorale en 2020, menace la sénatrice démocrate sortante. Dans le Nevada, l’électorat hispanique glisse vers le Parti républicain.

Plus inquiétant encore pour les démocrates: les sondages ont indiqué ces dernières semaines que leurs candidats aux postes de gouverneur étaient menacés dans des États qui leur étaient pourtant traditionnellement acquis, comme l’État de New York ou l’Oregon.

Même Joe Biden, qui s’abstenait généralement de prononcer le nom de son prédécesseur, s’est exprimé sur le danger représenté pour la démocratie américaine par cet ancien président qui refuse d’en respecter les règles. «La démocratie américaine est attaquée parce que l’ancien président des États-Unis refuse d’accepter les résultats de l’élection de 2020», a prévenu Biden la semaine dernière. L’inquiétude des démocrates a fait place ces derniers jours à un sentiment de panique. Du côté républicain, la victoire annoncée sera surtout mesurée en fonction du succès des candidats trumpistes.

Avec AFP

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite