Elections locales : Les zones chaudes

par NORDSUD
Publié: Dernière mise à jour le 99 vues

Au soir du 2 septembre prochain, les 31 régions et 201 communes du pays, confirmeront ou sanctionneront les différents élus locaux en poste depuis 2018. Dans de nombreuses zones, ces scrutins ne seront qu’une simple formalité. Pour les autres localités, en revanche, bien malin celui qui saura prédire les résultats de ces élections. Le match sera très serré.   

Yopougon : Qui commandera ?

À un mois des municipales et régionales en Côte d’Ivoire, certaines zones ne manquent pas d’intérêt pour les observateurs. Parmi elles, Yopougon, la commune la plus grande et la plus peuplée, avec près de 1,6 million d’habitants. Tous les partis politiques veulent la contrôler. Et ce sera sans conteste le terrain où le match électoral sera le plus disputé, à Abidjan. D’un côté, le Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP) dirigé par le Chef de l’Etat, Alassane Ouattara, tient à conserver la mairie. Quoi de mieux pour démontrer que son échec aux législatives n’était qu’un…léger contretemps. Pour cela, c’est le Président de l’Assemblée Nationale, Adama Bictogo, qui s’y colle.

D’un autre côté, l’alliance entre le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI) et le Parti des peuples africains – Côte d’Ivoire (PPA-CI) n’a pas abouti à un candidat unique. Pour le PPA-CI, Michèle Gbagbo déjà député de la commune, a l’intention d’ajouter le poste de maire à son palmarès. Allié ou pas, du côté du parti démocratique, Dia Houphouët ne compte pas lui laisser le champ libre.  Alors que la campagne s’ouvre demain le RHDP, lui, joue gros sur ce coup. Adama Bictogo n’est pas seulement le champion du parti, c’est surtout le digne représentant de l’Hémicycle.

Plateau: Sawegnon VS Ohouo, round II

À Abidjan, il faudra également surveiller la commune du Plateau, comme du lait sur le feu. Battu aux dernières municipales, puis aux législatives passées, le RHDP veut prendre sa revanche dans le quartier des affaires. Avec Fabrice Sawegnon comme candidat, le parti au pouvoir a conscience qu’il se heurtera à une forte opposition du PDCI, qui a toujours considéré le Plateau comme sa chasse gardée. En effet, le soldat Ohouo Jacques Gabriel du parti démocratique de Côte d’Ivoire, a aiguisé ses armes pour repartir au front. Contrairement à Yopougon, où on pourrait avoir droit à une bataille à trois (PDCI, PPA-CI, RHDP), au Plateau ce sera Sawegnon contre Ehouo. Résolu à rompre leur alliance au Plateau, Monnet Guy Laurent, proche de Gbagbo, tentera de grignoter sur l’électorat du PDCI. Cela peut-il influencer le résultat final ? Le RHDP l’espère. Car, après l’échec de 2018, Fabrice Sawegnon se doit de vaincre.

Cocody : Une commune pour trois lions

L’ambiance à Cocody sera certainement semblable à celle qui prélavera à Yopougon, lors de ces municipales. Mobilisé plus que jamais derrière son candidat, Eric Taba, le RHDP a l’intension de dégager le PDCI de l’Hôtel communal. Le parti d’Henri Konan Bédié est dominateur dans la zone. Sauf que cette fois-ci, il va se scinder en deux. En effet, Yace Jean-Marc, choix de Bédié avant son décès, devra aussi affronter un visage bien familier : Yasmina Ouégnin. Déjà députée, Mme Ouegnin est déterminée à se présenter en candidate indépendante, malgré les menaces de son parti qu’elle pourrait fragiliser à Cocody. Trois lions dans une arène. Qui aura les crocs plus acérés?

Port-Bouët : Briser le signe indien

Autre lieu, autre défi à relever pour le RHDP : Port-Bouët. Le Rassemblement des houphouétiste a toujours rêvé de faire tomber la cité balnéaire. Depuis 1980, aucun maire sortant n’a perdu les municipales à Port-Bouët. Hortense Aka Anghui avait institué cela. Aujourd’hui, Dr Emmou Ackah Georges Sylvestre, maire sortant et candidat du PDCI, sera-t-il l’exception ? Konaté Ibrahim, le soldat du RHDP, promet de mettre fin à cette tradition qui n’a que trop duré. Mais attention à Koné Katinan Justin, en embuscade. L’ancien ministre du Budget veut montrer à tous qu’on ne l’a que trop souvent sous-estimé.  

Marcory et Koumassi : gare au vaincu !

Dans la capitale économique, Deux dernières communes mériteront un coup d’œil en termes d’intensité. D’abord, Marcory. Laurent Tchagba (RHDP) tentera de renverser Akrobou Aby Raoul (PDCI), avec peut-être un arbitrage de Doukoure Toussaint Théophile (PPA-CI). Pour le parti au pouvoir, Marcory reste une forteresse. Pour la prendre il faut un homme de poigne. Mais Laurent Tchagba est-il l’homme de la situation ? Le ministre des Eaux et forêts devra prouver à tous qu’il cogne dur. Rendez-vous est donc pris le 2 septembre. Ensuite, il y a Koumassi. Bien que jouissant d’une certaine notoriété, Ibrahim Bacongo Cissé devra se méfier d’Oka Amani Bertin (PDCI), qui vient redorer le blason du parti démocratique, depuis les dernières défaites aux municipales et aux législatives. La faute au même Bacongo, tenace. Pour changer la donne, Oka Amani Bertin compte sur l’appui de son allié, Mey Kelassar Serge Pacôme (PPA-CI). Sauf qu’il faudra être très costaud pour battre l’indéboulonnable champion d’Alassane Ouattara à Koumassi.

Cavally: Anne Ouloto affronte Hubert Oulaye

Il n’y aura pas que les municipales qui seront dignes d’intérêt en Côte d’Ivoire, au mois de septembre. Dans le Cavally, Hubert Oulaye défiera Anne Désirée Ouloto, pour la présidence du conseil régional. Un combat de titans dont l’issue sera très déterminante pour le RDHP, qui entend confirmer son hégémonie dans la zone. Avec le retour de l’ancien Chef de l’Etat Laurent Gbagbo, la lutte pour le contrôle de l’Ouest avant 2025, est plus que jamais lancée. Malheur au vaincu.  

Haut-Sassandra : Djédjé Mady est-il en danger ?

Territoire du PDCI, le Haut-Sassandra sera l’une des zones les plus scrutées en septembre. Depuis 2013, Alphonse Djédjé Mady trône à la présidence du conseil régional. L’ancien Président du Directoire du RHDP, ne laisse pas une seule miette à ses adversaires. Et contrairement à 2013 et à 2018, le PPA-CI de Laurent Gbagbo est de la partie, avec Stéphane Kipré qui s’est rallié à Djédjé Mady. Pour Mamadou Touré, le choix du Chef de l’Etat, la tâche sera ardue. Le RHDP misait sur une scission de l’alliance PPA-CI-PDCI dans la zone pour niveler les chances.  Mais Mamadou Touré a plus d’un tour dans son sac. Le ministre de la Promotion de la jeunesse, de l’Insertion professionnelle et du Service civique, compte sur la reconnaissance des jeunes du Haut-Sassandra.

Sud-Comoé : Que pèsera Ouégnin?

On pourrait croire, à tort peut-être, que le retour de Laurent Gbagbo changera la donne dans le Sud-Comoé. Du moins, pour ce qui est de ces élections régionales. Si Dr Aka Aouélé (RHDP) est le maître incontesté des lieux, il doit s’attendre à ce que la présence de Georges Armand Ouégnin (PPA-CI), change tout. Toute la question est de savoir ce que pèse réellement M. Ouégnin. À côté, Anoman Magloire, le soldat d’Henri Konan Bédié, compte sur un scénario rocambolesque pour dribbler tout le monde à la ligne d’arrivée et ramener le Sud-Comoé dans l’escarcelle du PDCI. Quoi de mieux pour honorer vaillamment la mémoire d’Henri Konan Bédié.  

Raphaël Tanoh

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite