Gbagbo, Simone, Affi et Blé découpent le FPI

par NORDSUD
Publié: Dernière mise à jour le 174 vues

La grande famille socialiste ivoirienne est définitivement réduite en miettes. Le Front populaire est éclaté et le paysage politique est lui-même fragmenté. Affi N’Guessan a gardé avec lui l’os du Front populaire ivoirien (FPI), Laurent Gbagbo est parti avec la chair en créant son Parti des peuples africains-Côte d’Ivoire (PPA-CI), Simone Gbagbo vient de donner naissance au Mouvement des générations capables (MGC). Il en reste quelques barons. Et certains qui sont ailleurs…

La séparation entre Laurent Gbagbo et Affi N’Guessan, actée le 9 août 2021, a bien été une bombe à fragmentation qui a explosé à la figure de tous les frontistes ivoiriens. L’ancien chef de l’Etat a créé le 17 octobre 2021 une nouvelle formation politique : Le PPA-CI. Il voulait ainsi concrétiser son retour sur la scène politique après dix ans d’absence. Avec cet outil, Laurent Gbagbo et ses amis disent vouloir aller à la conquête de l’Afrique en implantant une section dans chaque pays. La quasi-totalité des figures historiques du FPI ont rallié le PPA-CI. Ainsi Hubert Oulaye, Sébastien Dano Djédjé, Assoa Adou ou encore Damana Pickass tiennent les premiers rôles du PPA-CI.

Une fragmentation décuplée par la crise au FPI

Mais cela ne semble pas inquiéter Affi N’Guessan qui  a gardé en main le FPI. Il estime que ces camarades-là sont tentés de suivre Laurent Gbagbo pour des raisons sentimentales. Sinon, selon lui, le gros des cadres et militants socialistes en Côte d’Ivoire est resté dans son camp. Aucun gros calibre de l’ancien système des frontistes n’est visible aux côtés d’Affi N’Guessan. L’ancien Premier assure qu’il met en avant une nouvelle équipe avec davantage de jeunes et de femmes. C’est son argument principal pour montrer qu’il n’est nullement intimidé par Laurent Gbagbo, son ancien mentor.

Malheureusement pour lui, c’est sur ce terrain que Simone Gbagbo vient lui livrer bataille. L’ancienne Première dame a transformé samedi 20 août 2022 une association de soutien en parti politique : Le Mouvement des générations capables (MGC). Elle, également, s’en va avec une bonne part du gâteau commun FPI. Simone Gbagbo compte de nombreux partisans dans la grande famille socialiste, qui se reconnaissent en elle. Et qui ne vont pas tarder à quitter soit le navire d’Affi N’guessan soit la pirogue en construction de Laurent Gbagbo. Un nouveau mercato politique vient de s’ouvrir.

Déjà que le choses n’étaient pas fameuse avec les jeunes qui voulaient avoir voix au chapitre. Charles Blé Goudé aura attendu 14 ans pour transformer son Congrès des jeunes patriotes (Cojep), créé en 2001, en parti politique. Le désapparentement a eu lieu le 15 août 2015. Blé Goudé indiquait déjà clairement qu’il était prêt à s’affranchir du Front populaire ivoirien (FPI), le parti de son mentor.

Le retour de Blé Goudé inquiète à gauche

Depuis que leur famille politique est cassée en mille morceaux, l’ancien leader des jeunes patriotes ne cache plus son intention de briguer la présidence. Même si son ancien mentor est dans les starting-blocks. Depuis que la Cour pénale internationale (CPI) l’a acquitté en même temps que Laurent Gbagbo, 15 janvier 2019, les ambitions politiques de Blé Goudé ont pris du volume. Il assure tous azimuts que son objectif est de diriger un jour la Côte d’Ivoire.

Il avait une force de mobilisation au sein de la galaxie patriotique. Un des points forts de Blé Goudé qui fait qu’il est craint par certains de ses anciens camarades qui ne voient pas certainement son retour au pays d’un bon oeil. Il est clairement craint. La date de son retour est donc scrutée à gauche.

Surtout qu’il a reçu officiellement son passeport le 30 mai à La Haye aux Pays-Bas. L’arrivée de cet ancien leader de la Fesci va mélanger beaucoup de calculs dans le marigot politique ivoirien.

Au moment où Laurent Gbagbo, Affi N’guessan, Simone Gbagbo et Blé Goudé, 4 candidats se revendiquant de gauche, devraient se présenter à l’élection présidentielle de 2025, ce camp politique ne paraît guère capable d’unité.

Dire que la fragmentation du FPI n’est pas encore terminée…

Bakayoko Youssouf

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite