Gianni Infantino réélu à la tête de la Fifa

par NORDSUD
32 vues

Gianni Infantino a été réélu jeudi à la tête de la Fifa, poste qu’il occupe depuis 2016. Un résultat sans surprise puisque l’Italo-Suisse de 52 ans n’avait pas de concurrent déclaré. Son nouveau mandat court jusqu’en 2027.

Pas de concurrent, pas de surprise. L’Italo-Suisse Gianni Infantino a été réélu jeudi 16 mars par acclamation jusqu’en 2027 à la présidence de la Fifa, qu’il occupe depuis 2016, lors du 73e Congrès de l’instance à Kigali.

Le dirigeant de 52 ans, déjà reconduit dans les mêmes conditions en 2019 par les délégués des 211 fédérations membres, pourrait se maintenir jusqu’en 2031 à la tête du football mondial, son premier bail de trois ans étant considéré comme incomplet.

L’horizon paraît dégagé pour le juriste, qui a encore clamé jeudi vouloir « rendre le football véritablement mondial », et se pose en rempart face à l’hégémonie sportive et économique du foot européen grâce aux programmes de développement de la Fifa, dopés par ses recettes croissantes.

Comme il y a quatre ans, il peut afficher un bilan financier solide, avec une hausse de 18 % des revenus et de 45 % des réserves sur le cycle 2019-22 par rapport au précédent, qui permet à la Fifa d’augmenter encore ses subventions aux confédérations et fédérations, soit la clé de son système redistributif comme de son système électoral.

Car l’organisation accorde les mêmes montants à Trinité-et-Tobago, Saint-Kitts-et-Nevis, aux Bermudes et à la Papouasie-Nouvelle-Guinée qu’au Brésil ou à l’Allemagne, chacune de ces fédérations disposant également d’une voix au Congrès.

Tout puissant malgré les polémiques

Pour peu que le président contente les 35 associations d’Amérique centrale, dont nombre d’îles des Caraïbes, ou les 54 fédérations africaines, il peut ainsi se permettre de froisser les puissantes nations européennes. Par exemple en envisageant une Coupe du monde biennale avant d’y renoncer, l’an dernier, ou en interdisant à une poignée de sélections d’arborer un brassard inclusif « One Love » lors du Mondial qatari, pour proclamer leur attachement aux droits LGBT.

Côté gouvernance, son dernier mandat a été marqué par une vaste réforme des transferts, par l’institution d’un congé maternité pour les joueuses professionnelles ainsi que par des règles de procédure disciplinaire plus protectrices pour les victimes de violences sexuelles.
D’ores et déjà, les principaux chantiers des prochaines années sont entérinés, à commencer par le passage de la Coupe du monde masculine de 32 à 48 équipes à partir de l’édition 2026 partagée entre États-Unis, Canada et Mexique, décidé en 2017 et dont le format a été fixé mardi.

Avec l’AFP

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite