La Cedeao veut créer une « force anti-putsch »

par NORDSUD
Publié: Dernière mise à jour le 34 vues

Une trouvaille pour espérer décourager les fauteurs de troubles sur le continent. Le président de la Cedeao et chef de l’État de la Guinée Bissau, Umaru Sissoko Emballo, a réitéré ce 28 juillet la volonté de l’organisation communautaire de créer une force anti-putsch. «On est en train de penser à créer une force anti-putsch. Ça va permettre de faire comprendre ; nous sommes au 21ème siècle, c’est inadmissible les coups d’État. Il faut qu’on soit tous républicains. C’est le peuple qui a le droit de sanctionner un dirigeant», a déclaré Umaru Sissoko Emballo, au cours d’une conférence de presse avec le président français Emmanuel Macron. C’est que le président français achevait sa tournée en Afrique, ce jeudi, en Guinée-Bissau, après le Cameroun et le Bénin.

Réagissant à ce projet, le numéro un français a estimé que la force anti-putsch serait «extrêmement efficace pour lutter contre les déstabilisations qu’on a vu fleurir dans la région». Le dirigeant français s’en est également pris au pouvoir militaire malien : «les choix faits par la junte, notamment sa complicité de fait avec la milice Wagner (force paramilitaire russe, Ndlr), sont inefficaces pour lutter contre le terrorisme».

Face aux menaces à la stabilité des pays, le président bissau-guinéen veut convier Emmanuel Macron au prochain sommet de la Cédéao et le président français l’assure de sa disponibilité.

Umaro Sissoco Embaló devrait bientôt rencontrer la junte malienne. «Je serai là-bas pour discuter avec nos frères maliens, dit-il, je pense qu’on va trouver un accord, c’est très important qu’on en finisse avec les transitions».

Bakayoko Youssouf avec agences

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite