C’est parti pour le Femua 14

par NORDSUD
Publié: Dernière mise à jour le 24 vues

La 14ème édition du Festival des musiques urbaines d’Anoumambo (Femua 14) s’est ouverte ce 10 mai 2022. La cérémonie d’ouverture s’est tenue, à la place principale Anoumambo (quartier populaire de Marcory, commune de la métropole Abidjanaise), en présence du ministre de la Culture et de la Francophonie, Françoise Remark, du ministre du Tourisme de la République démocratique du Congo, Mondero Nsimba Matondo et de la cheville ouvrière de l’incontournable évènement, A’salfo et ses pairs du groupe Magic System.

Youssoupha, Suspect 95… l’hameçon d’Asalfo pour parler d’employabilité des jeunes. Le coup d’envoi est donc donné pour le Femua 14 qui battra son plein du 10 – 15 mai en terres ivoiriennes. Comme il est de coutume au cours de cette grand’messe du 4è art, Marcory, capitale attitrée du Femua et la ville de l’intérieur hôte de cette édition, en l’occurrence, San Pedro vibreront au rythme des hits interprétés par la fine fleur de la musique urbaine en provenance des 4 coins de l’Afrique. En tête d’affiche du rendez-vous, Youssoupha, Shan’L, Suspect 95, Yodé et Siro, Diamond Platnumz, Innoss B et tutti quanti seront en attraction pour faire monter les décibels et offrir du spectacle aux mélomanes. Interrogé dans les colonnes du media panafricain, Jeune Afrique, à propos du casting, Asalfo a indiqué avoir donné à dessein une cure de jouvence à cette édition. «Il s’agit de la plus jeune programmation de toute l’histoire du Femua. Il fallait trouver le moyen de réunir les jeunes autour d’une programmation qui leur parle», justifiait-il. Une passerelle installée à point nommé en vue de faire le pont entre les notes musicales qui enjaillent la jeunesse et une thématique taillée à la mesure de leurs réalités sociales. D’autant que l’évènement s’articulera autour de l’intitulé : «Entrepreneuriat et employabilité des jeunes».

Standing ovation au Congo et à sa Rumba. Parler du Femua, c’est faire allusion par ricochet à une plateforme de promotion culturelle et de la Côte d’Ivoire et d’une contrée désignée en guise de pays hôte. Ne dérogeant pas à cette règle, le groupe Magic System a porté son choix sur la République Démocratique du Congo, pour l’édition 14. En toile de fond de cette désignation, se dissimule la volonté des initiateurs de faire d’une pierre deux coups. Primo, l’objectif est de rendre hommage et de satisfaire à titre posthume l’un des désidératas de Papa Wemba, la figure de proue de la rumba congolaise, tombé sur la scène du Femua en 2016. «Nous avons jugé utile d’inviter le Congo en Côte d’Ivoire pour rendre hommage à ce grand monsieur qui, de son vivant, avait souhaité que le Femua soit une source d’intégration pour les pays africains». Second facteur ayant pesé dans la balance, le classement de la Rumba au patrimoine immatériel de l’Unesco. «J’ai voulu rendre l’utile à l’agréable. Une chose est de rendre hommage à Papa Wemba, une autre chose est de rendre hommage à la musique qu’il a promue à travers son art. Ça sera une double célébration pour nous d’accueillir le Congo dans sa diversité», expliquait le commissaire général de l’évènement par ailleurs chef de file du groupe Magic System. Sensible à cette main tendue, le ministre du Tourisme congolais, Mondero Nsimba Matondo a proposé, ce 10 mai, un partenariat entre le Femua et le ministère congolais de la Culture, en vue de la pérennisation de la Rumba. C’est donc un Femua à forte empreinte, jeunesse et rumba qui ouvre ses portes.

Charles Assagba

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite