Festival de Cannes 2022: L’Afrique est dans la place…

par NORDSUD
8 vues

Après deux années perturbées par la pandémie de Covid-19, le plus prestigieux des événements dédié au Septième Art a retrouvé son faste. La 75e édition du Festival de Cannes se déroule du 17 mai au 28 mai 2022, dates privilégiées par les organisateurs de l’événement depuis de nombreuses années. Après une cérémonie d’ouverture très suivie et animée par Virginie Efira et une première journée qui a mis à l’honneur Tom Cruise et Top Gun 2, la journée de mercredi était dédiée aux films en compétition. Tom Cruise a été mis à l’honneur ce mercredi lors d’une masterclass qui lui a donné l’opportunité de revenir sur sa relation au cinéma et sa façon de faire des films. L’absence de réalisateur africain en lice pour la Palme d’or ne doit pas nous faire perdre de vue que l’Afrique reste très présente dans la sélection officielle de cette 75e édition, et au-delà. L’Afrique reste omniprésente dans les sujets traités, en lien avec le monde africain : on y parle de l’intégration, du poids de la religion, du défi de la réconciliation après une guerre, de l’identité sexuelle, du combat pour la dignité, mais aussi de l’histoire du cinéma africain.

Quand Omar Sy incarne l’un des « Tirailleurs »

Dans un tout autre registre, Omar Sy attira notre attention en tant qu’acteur et coproducteur sur l’histoire longtemps oubliée des tirailleurs sénégalais dans la Première Guerre mondiale. Dans Tirailleurs, une coproduction franco-sénégalaise réalisée par Mathieu Vadepied, l’acteur préféré des Français, devenu aussi star de Netflix, campe l’histoire de Bakara Diallo, enrôlé en 1917 dans l’armée française pour retrouver son fils Thierno, recruté de force. Le film sera projeté en ouverture d’Un certain regard.

Hommage à Souleymane Cissé

Dans Cannes Classics, la réalisatrice malienne Fatou Cissé présentera son documentaire sur son père Souleymane Cissé, né en 1940, une des légendes du cinéma africain. Hommage d’une fille à son père évoquera l’enfance, la jeunesse et la carrière cinématographique du maître malien, mais aussi ses relations familiales.

Rebel est présenté en séance de minuit au Festival de Cannes par Adil el Arbi et Bilall Fallah. Les réalisateurs d’origine marocaine suivent les traces de Kamal, jeune Marocain originaire de Molenbeek, décidé de se rendre en Syrie pour aider les victimes de la guerre. Kidnappé, il est forcé à joindre un groupe armé… En même temps, sa mère essaie d’en dissuader le jeune frère de Kamal à devenir djihadiste.

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite