Gagnoa: Un couple périt dans un incendie

par NORDSUD
9 vues

Dans la nuit du vendredi au samedi dernier, un drame s’est produit dans le quartier Dar-es-salam de Gagnoa. Niamkey Kouakou et son épouse ont perdu la vie dans un incendie survenu dans leur domicile aux environs de 2 h du matin, selon les voisins. L’origine du feu reste jusque-là inconnue. Certains commentaires évoquent un court-circuit quand d’autres mettent en avant l’hypothèse du gaz butane. La seule chose dont on est sûrs, c’est que Niamkey, qui est un instituteur ne retournera plus jamais au bureau. En effet, il a été détâché à l’inspection d’enseignement primaire de Gagnoa 2. 

Selon les témoignages recueillis sur les lieux du drame, la maisonnée dormait quand le feu se signala. Les quelques rares noctambules qui ont vu la scène expliquent qu’ils ont alerté les riverains. Ceux-ci ont tenté d’apporter de l’aide aux occupants de la maison. Sans succès. La porte d’entrée de la maison, apprend-on, était en fer métallique. Elle a résisté aux bras valides qui ont tenté en vain de la dompter. Pendant ce temps, un coup de fil a été lancé aux sapeurs-pompiers.

En attendant l’arrivée des soldats du feu, les jeunes du quartier ont pris la décision de casser un pan du mur de la maison qui était sous l’emprise des flammes géantes. Ils réussissent à se frayer un chemin dans ce mur puis accèdent à l’intérieur du domicile occupé par 4 individus. Monsieur et madame Niamkey, leur enfant et la mère de l’instituteur. Les locataires de la maison sont extraits de la prison où ils se trouvaient. Malheureusement, le couple n’a pas eu la même chance que les deux autres occupants de la maison. L’homme et sa femme y ont laissé leurs vies. 

Lyne Zahui correspondante régionale

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite