La Chine recherche des signaux extraterrestres

par NORDSUD
12 vues

La Chine veut mieux connaître l’univers, voire détecter des extraterrestres. Le radiotélescope Fast, le plus grand du monde avec ses 500 mètres de diamètre, est devenu le symbole de l’arrivée de la Chine parmi les leaders mondiaux de la recherche.

L’objectif de la parabole est de capter les signaux radio émis par les corps célestes, notamment les pulsars, des étoiles mortes tournant sur elles-mêmes. Ces ondes permettent entre autres de reconstituer une image des objets observés. Et les données récoltées aident les astronomes à mieux comprendre les origines de l’univers.

Autre objectif du site : « détecter d’éventuelles civilisations extra-terrestres, précise Wang Qiming, chef du centre des opérations et du développement du Fast, sous l’immense parabole constituée de 4 450 panneaux métalliques.

Niché au sein des verdoyantes montagnes de Pingtang, dans la province du Guizhou, cette parabole géante vaste comme 30 terrains de football ouvrira en 2021 ses puissantes capacités de mesure aux astronomes étrangers. Construit entre 2011 et 2016 et pleinement opérationnel depuis janvier, le Fast est devenu encore plus précieux depuis l’effondrement début décembre du deuxième radiotélescope le plus grand au monde, celui d’Arecibo (305 mètres), infrastructure américaine installée à Porto Rico.

Pour éviter que les ondes dégagées par les humains et leurs appareils (smartphones, voitures, ampoules, ordinateurs) ne perturbent les mesures, le site est entouré d’une zone de « silence radio » d’un rayon de 5 km. Des milliers de villageois ont été expropriés pour sa mise en place.

Bakayoko Youssouf Avec AFP

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite