Cocody, Plateau-Dokui: Electeurs, entre psychose et devoir civique

par NORDSUD
99 vues

Longtemps attendu, ce jour de vote a démarré avec différentes ambiances selon le quartier où on se trouve.

Groupe scolaire BAD, Plateau-Dokui. Dans la grande cour un peu clairsemée, deux policiers avec un brassard orange sur le bras mangent tranquillement à l’entrée. Plusieurs personnes, jeunes, vieilles personnes se dirigent vers des salles de classes où des agents de la Commission électorale indépendante (CEI) reconnaissables en chasuble les accueillent. Ici, on compte 7 bureaux de vote. Il est midi et l’affluence n’est pas au rendez-vous. Les gens continuent de venir au compte-gouttes. Selon l’un des agents, pour voir du monde, il fallait venir autour de 10 h. « Nous avons ouvert à 8 h. Mais personne n’est venu. Il a fallu attendre vers 10 h, pour voir du monde, ensuite les gens ont encore arrêté de venir», explique-t-il. À l’entendre, la psychose a rendu les électeurs prudents. «Vous allez voir que dans l’après-midi, il y aura encore du monde, parce que ceux qui ont voté iront dire aux autres qu’ils peuvent venir», ajoute-t-il.

Vieilles personnes

Même ton au Lycée Mahou, où se trouvent 13 bureaux de vote. Là aussi deux agents de police armés montent la garde à l’intérieur. Au milieu d’une poignée d’observateurs qui brandissent fièrement leurs badges de la CEI, des électeurs disparates cherchent des bureaux pour voter.  «C’est vers 10h que nous avons reçu du monde. Mais ce sont les vieilles personnes qui sont venues voter d’abord, car, les jeunes sont restés prudents. Ce n’est qu’après qu’il sont venus nombreux  à leur tour», explique notre interlocuteur. Idem au groupe scolaire Colombe-Azur.

Troubles

Au niveau des Deux-Plateaux, les élections se sont déroulées sans accros. Notamment au niveau de l’Epp Deux-Plateaux Nord 2. Là aussi il a fallu attendre le milieu de la matinée pour voir le monde affluer. Même ambiance au niveau de l’Ecole nationale d’administration (ENA). Hélas, à Cocody-Blockhaus, des individus, selon plusieurs sources, se sont attaqués à des bureaux de vote. Hors d’Abidjan, notamment à Bingerville, d’autres fauteurs de troubles ont également tenté d’empêcher le déroulement du vote. Et des échauffourées ont fait plusieurs blessés.

Raphaël Tanoh

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite