Sauvetage d’un chat perché, le Gspm devait-il intervenir ?

par NORDSUD
35 vues

Depuis ce 17 février 2022, les commentaires fusent sur la page Facebook du Groupement des sapeurs-pompiers militaires (Gspm). C’est que les pompiers annoncent avoir porté assistance à un chat coincé durant 48 heures, dans un arbre, suite à la menace d’un chien à Bouaké. Il n’en fallait pas plus pour que des internautes s’interrogent sur le bien-fondé de cette opération, comme on n’en voit pas tous les jours en Côte d’Ivoire. Plusieurs internautes s’étonnent donc que les pompiers se soient déplacés pour un félin. «Vos affaires de blancs là, c’est ça vous voulez envoyer ici ? Fhoummm?», écrit une internaute qui semble ne pas comprendre les règles d’engagement et d’intervention des pompiers. Et elle n’a pas tort. Les pompiers ivoiriens ont-ils les mêmes obligations de secours pour les animaux que pour les hommes ? En clair, le sauvetage animalier fait-il partie des missions du pompier ivoirien ?

Au titre des missions du Gspm comme indiqué sur son site internet, il y a la protection des biens, des personnes et de l’environnement. «Prévenir et évaluer les risques. Préparer les mesures de sauvegarde et organiser les secours. Protéger les personnes, les biens et l’environnement. Porter secours d’urgence aux victimes de sinistres ou de catastrophes». Voilà la quintessence des missions du Gspm. Il n’est nulle part précisé que s’il y a un péril pour l’animal, les pompiers peuvent intervenir. Comme certains le soupçonnent aujourd’hui, c’est une prestation de confort que d’intervenir pour un chat perché alors qu’il pourrait redescendre de lui-même. Y avait-il menace directe comme pour la capture le 2 janvier 2022 à Korhogo d’un serpent dans une chambre. Selon une information donnée par les pompiers, après une intervention d’urgence, l’élapidé avait été capturé ce jou-là par l’équipage et relâché dans son milieu naturel. Là, il y avait une urgence, un critère analysé par leurs opérateurs au 180, le numéro d’urgence. Il est clair que les sapeurs-pompiers devraient effectuer ce genre d’interventions uniquement lorsqu’il y a danger pour la vie de l’animal.

Mais quand on bloque un équipage sur ce type d’intervention, on mettra peut-être plus de temps pour intervenir sur un arrêt cardiaque d’un accidenté. «Après le serpent relâché dans son milieu naturel, aujourd’hui c’est chat botté. Félicitations», relativise un autre internaute. «Bon boulot Gspm Sapeurs Pompiers, et félicitation au chien qui a réussi à imposer le respect», écrit un autre internaute, avec un humour noir. «Ouaiiis.. Je me demandais toujours en regardant Sam le pompier sauver le chat si le gspm faisait ça aussi. Ehh bin j’ai ma réponse.. Ça vous honore bravoooo».

Sans forcément chercher à savoir si les pompiers sont restés collés à leur feuille de route, des internautes leur tirent leurs chapeaux. «Nous sommes fiers de vous, sincèrement le bien-être animal en Côte d’Ivoire devient une réalité et le combat de toutes ces associations et bénévoles est encouragé par vos actes et actions, (…) venons dire merci à Gspm Sapeurs Pompiers et surtout au Général chef de corps», souligne un autre utilisateur d’Internet. «Ooor tout ça là avec carburant du contribuable heinnn pour sauver un chat que les jeunes du quartier vont manger dans quelque temps…Bravoooo quand même à nos braves pompiers…», se veut plus rieur, un autre.

Et pour terminer, cet internaute touche tous les aspects de la polémique. «Gspm Sapeurs Pompiers. Cet acte est très noble. Pensez à toute la logistique et le danger pour cette opération… *A Bouaké il a 1e seule caserne si je me trompe pas. *Le risque est très élevé pour cette opération, en me basant sur le dispositif sécuritaire, l’intervenant lui-même est en danger. *Pendant tout le protocole de «l’appel jusqu’à à la fin de l’intervention» est vous sûrs que l’équipe n’a pas été sollicitée pour une autre intervention (accident, femme enceinte, enfant…) En Europe, ils ont les moyens, pour l’instant ici on se débrouille, aussi le budget public est détourné…Pour ma part, toute action doit s’adapter en fonction du besoin réel et prioritaire sur le terrain…Courage tjr et respect à vous 1er maillon de secours.»

Le débat ne fait que commencer.

Bakayoko Youssouf

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite