Retour du manioc sur les marchés de Gagnoa

par NORDSUD
38 vues

Les consommateurs du manioc sont heureux. Désormais, ils pourront se procurer ce tubercule sur les différents marchés de la ville. En effet, avec la tension qui prévalait sur le front social, les opérateurs économiques du secteur vivrier ne se rendaient plus en brousse, pour y chercher le manioc. Conséquence, les marchés n’étaient donc plus ravitaillés. Les quelques rares tubercules qu’on trouvait sur les étals des vendeuses n’étaient pas à la portée de toutes les bourses, à cause du prix élevé. «On n’y peut rien. C’est comme ça la loi de l’offre et de la demande», justifie Ousmane Diané, un grossiste. Il dit être en contact avec les planteurs de manioc dans les villages et campements. «Une fois que les champs sont en production, on m’appelle pour acheter le manioc. J’y vais avec mon véhicule de type Kia pour le transport des marchandises que je viens livrer en gros à mes clientes. Elles les revendent ensuite en détail sur les marchés», nous confie le commerçant grossiste. Depuis quelques jours, il a repris son activité, parce que les villages sont maintenant accessibles. Les jeunes qui avaient érigé des barrages sur les routes ont été gagnés par la sagesse. Permettant ainsi aux producteurs d’écouler leurs marchandises vers la ville. En vue de la commercialisation. Les friands du manioc peuvent donc se concocter leurs plats préférés. Signalons que dans la cité du Fromager, il y a une très forte consommation du manioc et ses dérivés. Notamment, le placaly, l’attieké, le gari; etc.

Lyne Zahui, correspondante régionale

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite