PDCI : Thiam a-t-il l’étoffe d’un réunificateur?

par NORDSUD
Publié: Dernière mise à jour le 76 vues

Alors que le Parti démocratique de Côte d’Ivoire (Pdci-RDA) prépare les obsèques d’Henri Konan Bédié, c’est l’incertitude totale sur l’union sacrée de ses membres, avant la présidentielle de 2025. On le sait, les descensions pointaient déjà à l’horizon, peu avant le décès du Sphinx de Daoukro. La course pour la présidence du parti n’a fait qu’accélérer les choses. Poussant des cadres comme Jean-Louis Billon à claquer la porte. Billon a été reçu le 12 mars dernier par le Président Tidjane Thiam. Si rien n’a filtré des échanges, pour les analystes, il s’agit sans nul doute de calmer les ‘‘mécontents’’, car leur liste ne cesse de s’allonger. Une liste sur laquelle figurent ceux que le parti appelle « les « membres indisciplinés », issus des élections locales. Des membres temporairement écartés parce qu’ils ont refusé d’obéir aux consignes de la direction. Parmi eux, il y a des noms importants comme le député de Cocody, Yasmina Ouégnin.

Sanctions

Les sanctions infligées à ces personnes n’ont officiellement pas encore été levées. À eux, s’ajoutent des caciques tels que Maurice Kacou Guikahué, ancien secrétaire exécutif du Pdci, qui ont été rétrogradés.  Tidjane Thiam a préféré Dr Emmou Sylvestre à ce poste stratégique. Après ses sorties houleuses suite à son élimination de la course à la présidence du Pdci, Maurice Kacou Guikahué s’est depuis calmé. Mais personne n’est dupe. Le vieux renard rumine en silence sa mise au placard. Thiam veut composer avec une équipe de jeunes, cependant, cela a un coût. Pour le politologue Landry Kuyo, le Pdci se serait épargné bien de tracas, si la question de la succession avait été réglée.  « Bédié aurait dû préparer sa succession, mais il ne l’a pas fait. Parce qu’en pays Akan, tant que le chef est là, c’est lui qui commande jusqu’à sa mort », souligne-t-il.

Aguerris

Thiam qui a décidé d’œuvrer autour de la paix et du développement, n’est pas lui-même étranger à ces petites querelles internes, au vu de la nouvelle orientation qu’il donne au Pdci. Se sent-il prêt à les affronter? Aucune expérience politique, aucun soutien phare. Ses protagonistes sur la scène politique, Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo, sont aguerris et gèrent ce type de situations depuis bien longtemps. Hélas, le Chef de l’Etat qu’il appelle son grand frère et qui lui a donné des conseils par le passé, le voit aujourd’hui comme un adversaire qu’il faut affaiblir. Et Gbagbo  est trop occupé à redresser son propre parti pour lui servir d’appui. Peut-être  que Thiam aurait été mieux inspiré de miser sur  une continuité du Pdci au lieu d’insister sur une rupture avec les vieilles pratiques, au nom du renouveau. À moins qu’il ne soit simplement moins réunificateur qu’il ne le laisse entendre…

Georges Dagou

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite