Ecoles fermées: Quand l’Etat légitime les actions de la Fesci

par NORDSUD
Publié: Dernière mise à jour le 81 vues

Les élèves de Chia Hélène située à Gesco, seront orientés dans des établissements pour terminer l’année scolaire. C’est ce qu’a annoncé ce mardi Adama Coulibaly, coordonnateur de l’inspection générale au ministère de l’Education nationale et de l’alphabétisation. C’était au terme d’une réunion avec des responsables de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci). Ainsi, après avoir fermé plusieurs établissements pour protester contre la démolition de Chia Helène, par le District autonome d’Abidjan, la Fesci obtient gain de cause. Le District lui-même a justifié la destruction de cette école par le fait qu’elle était située dans une zone à risques. Mais cette situation soulève plusieurs questions. Comment Chia Helène a-t-elle obtenu dans ce cas son agrément, si l’établissement se trouvait dans une zone à risques? Ensuite, le District s’est-il soucié du sort des élèves, au moment de démolir l’école? Enfin, pourquoi serait-ce à la Fesci de poser ce problème sur la table, le ministère de l’Education nationale étant garant du système scolaire ivoirien? Beaucoup d’interrogations et un seul constat: la Fesci, pourtant désignée comme une association et non un syndicat, sort gagnant avec cette légitimité affirmée de fermer les écoles quand elle le veut.

Georges Dagou

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite