Jaurès (La Mascotte) : ‘’Le Président a dansé avec moi »  

par NORDSUD
Publié: Dernière mise à jour le 110 vues

Déjà, plus d’une semaine que la Côte d’Ivoire a remporté son troisième sacre face au Nigeria, lors de la Coupe d’Afrique des nations (CAN). Si l’attraction se trouvait principalement sur le terrain, on n’oublie pas ceux qui ont animé les avant et après matches. Parmi eux, on compte la mascotte des Eléphants. Comment l’homme déguisé en Eléphant a-t-il vécu cette CAN 2023 ?

Say Jaurès de son nom à l’état-civil, et plus connu sous le sobriquet de ‘’Cocotier ‘’ était en effet la mascotte.  L’épisode marquant pendant cette compétition mémorable, pour lui, a été de voir le Chef de l’État le féliciter et esquisser des pas de danses à ses côtés. « Les médias n’ont pas pu filmer, mais le Président m’a salué et il dansait avec moi. Ça m’a vraiment touché », explique-t-il à Nordsud.info. Hormis le Président Alassane Ouattara, plusieurs autres personnalités, selon Say Jaurès, l’ont approché pour des prises de vues, et même les enfants étaient curieux de voir le personnage à l’intérieur de la mascotte, d’après Say Jaurès. « Quand les gens voient la mascotte, ils ne s’imaginent pas tout de suite le personnage qui se cache derrière. C’est le nounours qu’on voit qui plaît automatiquement. J’aime beaucoup les enfants, donc ça m’a fait plaisir de les voir m’approcher. Ils me touchaient de sorte à retirer mon déguisement », relate-t-il avec émotion.

Coup de chance 

Mais comment ce jeune étudiant de l’Institut national supérieur des arts et de l’action culturelle (Insaac)  s’est-il retrouvé à enfiler ce costume emblématique ?  « Un représentant du Cocan (ndlr, comité d’organisation de la CAN) connaît mon professeur de l’Insaac et le monsieur avait besoin d’un danseur qui fait environ 1m75 pour porter le déguisement. Mon professeur a tout de suite pensé à moi », explique-t-il. Voilà comment se dessine le chemin d’un jeune homme âgé de près de 30 ans. Passionné de danse, Jaurès ou encore ‘’ Cocotier’’, a commencé la danse très tôt dans son quartier à Yopougon-toit rouge, et est membre d’une compagnie de danse dénommé ‘’moayé ivoire ‘’.

Cocotier classe cette opportunité, sous le signe de la chance et s’est senti heureux de débuter l’aventure, lors de la cérémonie de tirage au sort du jeudi 12 octobre 2023, au parc des expositions. « Je peux dire que c’est la grâce de Dieu, parce que j’ai été celui à qui mon professeur a pensé immédiatement et je n’arrivais pas à le réaliser », se réjouit-il.

Par ses chorégraphies égayantes, des chansons et musiques connues, ce jeune diplômé en danse à l’Insaac n’est pas passé inaperçu aux yeux des supporteurs. Il amusait le public avant le début des matchs, pendant les mi-temps, et venait deux heures avant le début des rencontres, pour les répétitions. Ses vidéos, comme celle où il exécutait la ‘’danse des guerriers’’ du peuple Ebrié (ethnie en Côte d’Ivoire), étaient relayés partout. Et aux avis d’une frange d’internautes, il est un bon danseur et a véritablement marqué les esprits durant la CAN 2023. 

Comme Say Jaurès, 30 autres mascottes ont été contactées par le Cocan, pour animer les villages CAN et autres cérémonies liées à cette célébration footballistique. Ce qui explique l’apparition d’autres mascottes, sur les réseaux sociaux. Mais Say Jaurès, est considéré comme la mascotte titulaire des Eléphants parce qu’il prestait pendant les dîners de gala, l’accueil des équipes à l’aéroport Félix Houphouët-Boigny, durant certains matchs et était présent à la cérémonie d’ouverture. « Je ne pouvais pas me téléporter partout à la fois pour prester. Donc, le Cocan a prévu plusieurs tenues pour d’autres personnes qui jouaient le rôle de la mascotte à l’intérieur du pays et pendant la caravane organisée pour faire la promotion de la CAN 2023 le ‘’akwaba tour ‘’ », nous confie-t-il.

Avec tout le poids et la fatigue que cela peut laisser paraître, Say Jaurès prenait plaisir à exécuter ce rôle qu’il avait pour habitude de jouer lorsqu’on le sollicitait. « J’ai déjà été contacté par une compagnie pétrolière pour jouer le rôle de Mickey, et je porte aussi la tenue du père Noël dans des événements en décembre », fait-il savoir.

Quoi que le salaire soit tout aussi motivant, car il percevait, 50 000 FCFA, voire 200 000 FCFA par prestation, ‘’Cocotier’’ était exposé à des risques liés à son champ de vision réduit. « Ce qui était difficile quand je prestais, c’est que je voyais uniquement en bas. Si je soulevais la tête, on risquait de voir la personne qui se cache en bas », revèle-t-il.

Solange Nebie ( Stagiaire)

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite