Musée des civilisations au Plateau: La boîte aux trésors de la Côte d’Ivoire

par NORDSUD
Publié: Dernière mise à jour le 89 vues

Musée des civilisations de la Côte d’Ivoire sis au Plateau-Abidjan. Derrière chacune des pièces authentiques et uniques exposées dans ce sanctuaire, d’une superficie de 2 hectares, se dissimule, en effet, un pan de l’histoire ivoirienne. Une pièce de sa soixantaine de peuples. Un morceau des us et coutumes de ses quatre grands groupes ethniques. En somme, c’est un voyage en miniature qu’offre ce temple ethnographique, archéologique et iconographique. Une escapade, sur place, au cœur des 322 462 km2 de la Côte d’Ivoire. Comme des voyageurs, nous embarquons, donc, ce vendredi, à bord du navire : Musée des civilisations de la Côte d’Ivoire.

Première escale

C’est aux alentours des imposants gratte-ciels de la commune des affaires abidjanaise, que se nidifie, cet écrin de la culture ivoirienne. En foulant l’entrée de la salle d’exposition, c’est un colosse et imposant relique qui nous souhaite le traditionnel akwaba. Un crâne d’éléphant. Les ossements de l’emblématique animal et ses iconiques ivoires en bouchent un coin à Kouadio Daniel et Kouamé Marc Eric, deux jeunes visiteurs en provenance d’Abobo. «Le crâne d’éléphant nous a beaucoup marqués. C’est la première fois qu’on le voit en vrai. C’est une très belle découverte», s’extasient-ils. Issu d’une espèce en voie de disparition, à l’époque, l’animal avait été abattu par des colons à Bouaflé à des fins didactiques, nous souffle le guide, Amangui Stéphane. A l’instar du pachyderme qui est l’une des cartes d’identité de la Côte d’Ivoire, près de 500 pièces, environ 500 ‘’ambassadeurs’’ de l’histoire des peuples ivoiriens sont exposés au musée national, à l’occasion de l’exposition: Fiertés, symboles et éditions. De l’art à la vie-socio-politique en passant par la royauté, l’archéologie, l’économie, l’invention et la technologie, cette présentation met en vitrine des éléments pittoresques, chargés de symboles, qui font l’ipséité de la Côte d’Ivoire.

Pièces phares

Rompus aux arcanes de la chose muséale, le Directeur du musée des civilisations, Francis Tagro Gnoléba, a un répertoire de pièces qui sont en tête de gondôle à l’occasion de cette exposition. Au nombre des objets phares qu’il nous énumère, figure le représentant du canon de beauté masculin chez le grand groupe ethnique Krou : la statue Bagnon. Originaire du pays Bété, à l’ouest de la Côte d’Ivoire. En sillonnant les artères de l’exposition, nous marquons une halte devant ladite figure aux volumineux mollets et aux bras musclés.

A un jet de pierre du portrait du bel homme en Côte d’Ivoire occidentale, le debele, statue pilon du Poro (ndlr, rythme initiatique en pays senoufo au nord de la Côte d’Ivoire). Masque issu de la famille des Wambêlê, la longue statue aux pieds disparaissant dans son socle est usuellement martelée au sol pour protéger les vulnérables initiés. Cette effigie est l’une des multiples pièces de la collection d’objets de l’aire culturelle Gour, conservée au Musée des civilisations. De fait, une autre statue sénoufo membre de cette famille est à visiter au sein du musée. Elle fait remonter des souvenirs aux pensionnaires de l’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody. C’est le Wao. Cette statue symbolisant la connaissance a été érigée en logo du plus vieil établissement universitaire national.

Arpentant les sentiers de l’exposition dévolus à l’exercice du pouvoir dans les cultures ivoiriennes, le guide nous fait marquer une halte chez le peuple Akan, disséminé au Centre, au Sud et dans un coin de l’Est ivoirien de la Côte d’Ivoire. En vitrine : le tabouret Akan, le chasse mouche, la chaise royale, la bouteille de Gin, etc. A l’instar de ces attributs de l’autorité chez le peuple Akan, la statue de la Reine Abla Pokou, la statue de la Reine Coco et le singe baoulé Botoumbo, source d’inspiration d’un pas de danse singulière de la musique Zouglou sont en attraction.

A lire également: Francis Tagro Gnoléba, Directeur: «On va donner un nouveau visage au Musée»

Au sein du box consacré aux proverbes, un propos Yacouba, peuple de l’aire culturelle Mandé, (située à l’ouest et au nord-ouest de la Côte d’Ivoire) suscite l’intérêt. «Tu as mangé l’œuf mais tu n’as pas cousu l’anus de la poule», y lit-on pour dire que l’ingratitude n’enlève rien aux mérites du bienfaiteur. Sourire, hochement de la tête, il ne laisse indifférent, quasiment personne, sur la vingtaine de muséophiles qui sillonnent la salle d’exposition ce vendredi.

Ça ne se bouscule pas au portillon

Tout comme ce 29 juillet, la population ne s’est pas bousculée au portillon du Musée en 2021. Les chiffres des visites sur l’année écoulée font état de 9.773 visites dont 7.986 nationaux, 656 africains et 1.131 non-africains. Une moyenne journalière qui oscille autour de la trentaine de visiteurs. Pour évoquer ce peu d’engouement pour la chose muséale, le Directeur, Francis Tagro Gnoleba se veut clair.  «Notre musée est sous-visité. Nous y avons tous une part de responsabilité». En vue d’inverser la tendance, le tout nouveau responsable compte prendre des initiatives. Il ambitionne d’insuffler une nouvelle dynamique autour de cet «héritage de l’administration coloniale française» baptisé Musée des Civilisations de Côte d’Ivoire, en 1994, par le professeur Georges Niangoran-Bouah.

Un nouveau musée pointe à l’horizon

Forte d’une collection de 15.200 objets uniques, acquis majoritairement par des donations et des legs des communautés ivoiriennes aux colons, le Musée continue d’enrichir son patrimoine. Il achète des pièces qui représentent la Côte d’Ivoire. Les collections qui sont exposées en ce lieu au Plateau sont à l’étroit. Selon le directeur du Musée, le gouvernement prévoit une délocalisation de l’institution muséale dans les années à venir sur un autre site avec une superficie bien plus étendue et un confort un cran au-dessus. Un projet qui arrive à point nommé pour ce coffre à trésor qui conserve l’essence de la civilisation ivoirienne.

Charles Assagba  

Articles similaires

Laissez un commentaire

* En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et le traitement de vos données par ce site Web.

Le site Web nordsud utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que cela vous convient, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. J'accepte Lire la suite